« Pogba est le Beckham de demain »

le
0
« Pogba est le Beckham de demain »
« Pogba est le Beckham de demain »

En signant à Manchester United, pour un transfert estimé à 120 M€, Paul Pogba devient le footballeur le plus cher de l'histoire. Si la somme fait bondir certains, existe-t-il une logique économique à l'échelle du football derrière ce temps fort du mercato ? Jean-Pascal Gayant (photo ci-dessus), économiste à l'université du Maine, auteur de l'ouvrage « Economie du sport » (Ed. Dunod, 2016), estime que le potentiel marketing du Français peut expliquer en partie l'investissement mancunien.

 

« Le talent du joueur est indéniable, bien sûr, mais ce n'est pas tout, note-t-il. Paul Pogba fait partie de ces joueurs qui sont spéciaux, à part. Il a un style à lui, une aura particulière et déjà une grande notoriété pour son âge. Une récente étude faisait d'ailleurs de lui le deuxième athlète, tous sports confondus, le plus bancable de la planète dans les trois prochaines années (NDLR : dans une enquête publiée fin mai par SportsPro, le spécialiste britannique du sponsoring). »

 

L'exemple de l'amortissement rapide du transfert de Ronaldo, acheté 94 M€ à... Manchester United en 2009, grâce à des ventes de maillots et de produits dérivés décuplées, inspire certainement les décideurs du MU. « Qu'un joueur de son âge soit capable d'attirer autant la lumière est un gros avantage sur son CV, confirme Jean-Pascal Gayant. D'autant que Manchester United est en perte de vitesse depuis quelques années. Ce club veut retrouver les sommets, sur le terrain bien sûr mais d'un point de vue marketing, en termes de notoriété. Un tel montant est possible grâce à la manne financière des droits télé. Mais c'est aussi lié à cette volonté de repositionner tout en haut la marque du club. Si on achète un joueur 120 M€, c'est pour gagner des titres mais aussi pour vendre des maillots, beaucoup de maillots, et engendrer des recettes. Et avec Pogba, il y a matière. D'autant plus qu'il cède une partie de ses droits ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant