Pogba a assumé

le
0
Pogba a assumé
Pogba a assumé

Il n'aurait sans doute jamais imaginé tel scénario pour emballer un huitième de finale très mal engagé. Paul Pogba a réussi à dompter ses émotions pour remettre les Bleus, et son match, dans le bon sens.

Quand on est Paul Pogba et qu'on pense à ce match qui vient, à ce huitième de finale à la maison, est-ce qu'on imagine un truc pareil pour commencer ? Que quelques secondes après le coup d'envoi, Griezmann allait se faire manger par l'agressivité de Ward sur le côté gauche, que son centre pourri allait prendre à revers la défense française pas aidée par un Rami aux fraises et en claquette, que ce ballon allait finir presque miracle dans les pieds de Shane Long dos au but et qu'il suffisait peut-être de se rappeler que l'attaquant n'avait claqué que 15 buts en deux saisons à Southampton, et donc, par déduction qu'il avait dû en croquer quelque uns. Peut-être qu'il y avait mieux à faire que d'aller au contact un peu naïvement, comme vaguement aveuglé d'un trop plein d'émotion après deux semaines chaotiques, entre procès en sorcellerie pour sarabande mal maîtrisée et déficit d'autorité sur le terrain.

Sombrero et leçons de Pirlo


Oui mais voilà, " c'est la vie " comme disent les Irlandais et les autres quand ils caricaturent avec gentillesse le fatalisme français. Il faut se relever d'une telle saloperie de début de match et du contexte, quand on est l'un des seuls à pouvoir répondre au défi physique imposé par les Irlandais qui, une fois l'ouverture du score acquise, ont emmené le match exactement là où ils le rêvaient. Un match âpre, de combattants, dans lequel l'autre accusé du premier tour, Griezmann a longtemps semblé inadapté. Quand on se fait chicoter par un bon coup d'épaule dans le thorax par le même Shane Long tout d'un coup nostalgique de son seul et unique match joué sous les couleurs de Cork City. Une première mi-temps passée à essayer de gratter les ballons dans les pieds des Irlandais, en un contre un, là où ils sont le plus fort, puisqu'ils savent mieux que personne comment protéger un ballon, en écartant les bras, en se servant de leur dos, de leur cul, peu importe pourvu qu'on se le garde au chaud. Et puis quand même quelques sarabandes pour petit à petit retrouver son statut, un sombrero au milieu du terrain, de la conduite de balle en veux-tu en semelle, rien de décisif mais de quoi faire se lever les supporters de l'équipe de France qui ont, comme prévu, pris une leçon de classe par les 3500 Irlandais présents.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant