Podolski, un G.O à l'Euro

le
0
Podolski, un G.O à l'Euro
Podolski, un G.O à l'Euro

Personne ne parle de lui, personne ne s'inquiète de sa présence avec l'Allemagne, personne ne s'attend à le voir jouer. Podolski est l'homme invisible de la Mannschaft, celui qui semble ne servir à rien parmi les 23. La mascotte qu'on trimbale et qui divertit, que les résultats soient bons ou mauvais. Un statut qui énerve l'homme, après tout encore joueur de foot.

En une phrase, lundi matin, Podolski a réussi son Euro. " Ce n'est rien. Je pense que 80 % d'entre nous se sont déjà gratté les œufs. " Par œufs, le joueur de Galatasaray désigne avec un terme d'argot une partie de l'entrejambe en allemand. En ayant déclaré que les vidéos de Löw n'étaient pas un sujet au sein du groupe pour finir par des rires et des applaudissements dans l'audience des journalistes (" une première " selon le passeur de plats allemand), Podolski vient de remplir son rôle pour le restant de l'Euro. Avec cette petite saillie, il divertit les médias, justifie le comportement de son sélectionneur et assure la cohésion de l'équipe. On ne parle même pas de l'éventualité qu'il joue contre son autre pays, où il est né en 1985, la Pologne. Podolski est un G.O implanté dans le groupe allemand pour apporter de la bonne humeur.

Paule vs Poldi


Il y a 10 ans tout pile, Lukas Podolski était cet international à la frappe de bœuf qui jouait pour une Allemagne rajeunie à domicile contre sa Pologne d'origine en plein Sommermärchen de fierté nationale retrouvée. Avec Miroslav Klose, il était de ces binationaux qui ont choisi les couleurs de l'Allemagne et qui semblent indéboulonnables une fois qu'ils ont atteint la Nationalmannschaft. De l'équipe de 2006, il est le seul rescapé avec Schweinsteiger. Miro a pris sa retraite internationale. Après dix bonnes années de service, Lukas Podolski est encore et toujours dans cette équipe d'Allemagne qui va affronter la Pologne à l'Euro. Comme à la Coupe du monde deux ans plus tôt, il est là plutôt pour faire l'ambianceur et le beau parleur. Cela n'a pas changé. Au contraire, le terrain s'éloigne : depuis le titre au Maracanã, Lukas Podolski n'a été titulaire qu'une seule fois en match officiel de la Mannschaft. C'était contre le petit Gibraltar.

Pourtant, Podolski est donc toujours, encore et encore, présent dans le groupe de l'Allemagne. L'ancienne idole de Cologne en est donc à son septième tournoi consécutif. Sauf blessure, Löw n'a pas le cœur à le retirer de l'effectif. De quoi se faire affubler du surnom, dans certains médias allemands, de " mascotte " devant Paule, l'oiseau officiel de l'Allemagne. Un statut qui énerve…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant