PO-Fillon, Raffarin et Juppé dénoncent la passivité de la France

le
0

PARIS, 13 août (Reuters) - La France doit faire preuve d'initiative diplomatique et jouer un rôle moteur au sein de l'Union européenne face aux crises qui ravagent le Proche-Orient, estiment Alain Juppé, François Fillon et Jean-Pierre Raffarin dans une lettre ouverte à François Hollande publiée dans Le Monde daté de jeudi. "Aujourd'hui, monsieur le président, face aux urgences de la scène internationale, la France, pour faire entendre sa voix, doit avoir l'audace de l'initiative", écrivent les trois anciens Premiers ministres UMP qui dénoncent une politique étrangère française au Proche-Orient oscillant depuis deux ans "entre passivité et suivisme". "Nous ne pouvons pas nous contenter d'être des spectateurs engagés devant le drame qui se noue sous nos yeux : nous devons répondre sans attendre aux urgences humanitaires à Gaza comme en Irak", ajoutent-ils. La France a "exigé" début août un cessez-le-feu réel entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza et a prôné "l'imposition" d'une solution politique par la communauté internationale face à l'incapacité des deux parties à conclure une négociation de paix. En Irak, un premier chargement d'aide humanitaire française a été livré le week-end dernier en présence du chef de la diplomatie Laurent Fabius à Erbil, capitale du Kurdistan irakien, où ont trouvé refuge de nombreux chrétiens et yazidis persécutés par les djihadistes de l'Etat islamique (EI). François Hollande a annoncé mercredi la livraison d'armes aux autorités du Kurdistan irakien. Paris a par ailleurs appelé à la tenue d'un conseil spécial des ministres des Affaires européennes de l'UE sur la situation en Irak et a apporté son soutien aux frappes aériennes américaines contre des positions de l'EI dans le nord du pays. "Les initiatives de la France et de la Grande-Bretagne (qui a également parachuté de l'aide humanitaire-NDLR) vont dans le bon sens mais elles sont insuffisantes", estiment Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et François Fillon qui appellent à un "engagement massif" et immédiat de l'Union européenne. Les trois co-présidents de l'UMP par intérim prônent entre autres la tenue d'une réunion en urgence d'une conférence régionale associant notamment la Tuquie, l'Iran et le Qatar, qui "seuls peuvent encore stopper l'Etat islamique". "La tentation de la violence et de la guerre naît de la faiblesse de la diplomatie", soulignent-ils. "Le retour à une diplomatie singulière, non alignée, mais entraînante, notamment pour l'Europe, reste pour la France la manière d'assumer sa mission". (Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant