PMU : les turfistes français ont été moins joueurs en 2013

le
0
En 2013, le montant des enjeux sur les courses de chevaux a chuté de 5,2 % à 8,9 milliards.

Voilà un paradoxe dont le PDG du PMU, Philippe Germond, se serait bien volontiers dispensé: la chute de 0,9 % à 10,4 milliards des enjeux enregistrés par le GIE en 2013 est essentiellement due à la désaffection des parieurs français sur les courses de chevaux. Le montant de leurs seuls enjeux a chuté de 5,2 % à 8,9 milliards.

Se refusant à évoquer la concurrence de jeux de hasard aux gains annoncés plus spectaculaires que ceux des courses, Philippe Germond a justifié cette régression, la première après quinze ans de croissance ininterrompue, par la conjoncture. «Cette baisse est due à un environnement économique difficile et à une hausse significative du chômage», a-t-il souligné avant d'évoquer des raisons ponctuelles telles que l'annulation de trois Quinté et l'absence en 2013 de quatre épreuves de ce type par rapport à l'année précédente. Si le produit brut des...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant