PMA « pour tous » : l'Espagne veut faire machine arrière

le
0
Pour Madrid, la prise en charge de la PMA doit répondre uniquement aux problèmes de stérilité. Sur fond de crise et d'austérité, l'objectif affiché est de réaliser des économies.

L'Espagne s'apprête à exclure les lesbiennes et les célibataires de la procréation médicalement assistée (PMA) dans les hôpitaux publics. Le pays, l'un des premiers à avoir adopté le mariage homosexuel en 2005, est aussi l'un des plus ouverts sur la question de la reproduction assistée. Mais le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy cherche à faire marche arrière. Pour Madrid, la prise en charge de la PMA doit répondre uniquement aux problèmes de stérilité.

La compétence de la santé publique relevant des communautés autonomes, les puissantes régions espagnoles, le ministère de la Santé veut avant tout, dit l'exécutif, unifier les critères. Sa titulaire, Ana Mato, s'est réunie la semaine dernière avec les consejeros - ministres régionaux - des 17 communautés autonomes dans le...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant