Plusieurs offres de reprise pour Gefco, filiale de PSA

le
0

par Sophie Sassard et Simon Meads

PARIS/LONDRES (Reuters) - Gefco, la filiale de logistique de PSA Peugeot Citroën dont le groupe automobile souhaite se séparer, à suscité un nombre important d'offres de rachat, principalement auprès de capital-investisseurs, la valorisant jusqu'à 1,2 milliard d'euros, a-t-on appris de plusieurs sources proches du dossier.

Au moins six groupes de "private equity" (Apollo, Axa Private Equity, Bain, CVC , PAI et Pamplona) ont présenté des offres indicatives portant sur un maximum de 90% du capital de Gefco, ont dit quatre sources.

Geodis, la filiale de logistique de la SNCF, a envisagé une offre mais n'en a pas présenté, ont précisé deux sources.

Un porte-parole de PSA a refusé de faire un commentaire.

Le constructeur s'était déclaré confiant fin avril de voir la cession partielle de sa très rentable filiale intervenir d'ici la fin de l'année.

Si elle suscite un vif intérêt, l'opération pourrait toutefois être longue et compliquée car les candidats à la reprise s'inquiètent de l'ampleur des restructurations à mener au sein de Gefco et craignent de possibles interférences politiques.

L'opération, annoncée mi-février, s'inscrit dans le plan de 1,5 milliard d'euros de ventes d'actifs engagée par PSA pour redresser une situation financière mise à mal en 2011 par une chute des ventes en Europe.

Le montant global inclut la vente finalisée en février de la société de location de voitures Citer à un groupe américain pour 440 millions d'euros, l'ouverture du capital de Gefco et des cessions d'actifs immobiliers - notamment les murs du siège parisien de l'avenue de la Grande-Armée - pour 500 millions.

Les offres présentées pour Gefco représentent entre quatre et six fois l'excédent brut d'exploitation de la filiale, proche de 200 millions d'euros, soit des montants allant de 800 millions à 1,2 milliards d'euros, ont dit les sources.

Gefco, qui emploie environ 9.400 personnes, a vu son bénéfice d'exploitation progresser de 13% en 2011 à 223 millions d'euros. La société réalise 60% de son chiffre d'affaires avec PSA.

Les repreneurs potentiels s'inquiètent d'une part de cette dépendance au groupe automobile, d'autre part du contexte dans lequel devraient s'opérer des réductions d'effectifs dans le contexte politique actuel en France.

Si les pouvoirs publics jugeaient insatisfaisantes les offres émanant du secteur privé, il pourrait faire pression sur Geodis pour qu'il endosse le rôle de "chevalier blanc", ont dit deux sources.

Credit Suisse, banque conseil de PSA sur ce dossier, propose aux repreneurs potentiels un plan de financement d'environ 750 millions d'euros, soit 3,75 fois les profits, ont ajouté ces sources.

Les sociétés de capital-investissement citées ont refusé de commenter ces informations ou n'étaient pas disponibles pour le faire. Credit Suisse s'est également refusé à tout commentaire.

Marc Angrand et Gilles Guillaume pour le service français, édité par Nicolas Delame

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant