Plusieurs milliers de manifestants anti-Trump dans les villes US

le
1
 (Actualisé avec précisions à Los Angeles, précisions sur 
Portland) 
    par Alexander Besant et Olga Grigoryants 
    NEW YORK/LOS ANGELES, 13 novembre (Reuters) - Aux cris de 
"pas mon président" et "l'amour triomphe de la haine", plusieurs 
milliers de manifestants sont à nouveaux descendus dans la rue 
samedi aux Etats-Unis pour protester contre l'élection du 
populiste Donald Trump à la présidence. 
    Les rassemblements les plus importants ont eu lieu à New 
York, Los Angeles et Chicago.  
    Les organisateurs dénoncent les mesures promises par le 
président élu pour limiter l'immigration et stigmatiser les 
musulmans. Ils rappellent aussi les accusations d'agressions 
sexuelles dont fait l'objet le magnat de l'immobilier 
new-yorkais. 
    A New York plusieurs milliers de personnes ont remonté la  
Cinquième Avenue, pour arriver au pied de la Trump Tower, la 
tour construite par le milliardaire et qui lui sert de domicile. 
    "Nous sommes horrifiés par le fait que le pays ait élu un 
misogyne et un raciste incroyablement non qualifié sur un 
programme qui est totalement haineux", a commenté Mary 
Florin-McBride, 62 ans. Cette banquière new-yorkaise à la 
retraite brandissait une pancarte portant l'inscription "pas de 
fascisme en Amérique". 
    A Los Angeles, plusieurs milliers de personnes se sont 
retrouvés sous les palmiers du parc MacArthur avant de prendre 
le chemin du centre-ville. "Dump Trump" ("Videz Trump") et 
"Minorities Matter" ("Les minorités, ça compte") pouvait-on lire 
sur certaines pancartes. 
     
    COEUR BRISÉ 
    On apercevait des drapeaux américains, mexicains et des 
"rainbow flags" aux couleurs de l'arc-en-ciel, symbole de la 
communauté LGBT. Portant un panneau "Keep Love Legal" (que 
l'amour reste légal"), Alex Seedman, 25 ans, habitant Los 
Angeles, explique que Trump, qu'il qualifie de fasciste, 
n'abroge les mesures autorisant les unions entre personnes de 
même sexe. 
    Evelyne Werzola, 46 ans, immigrée d'Afrique du Sud, raconte 
qu'elle sait, parce qu'elle l'a vécu, ce qu'un Etat policier est 
capable de faire. Elle dit avoir le coeur brisé pour le "rêve 
américain" et dit vouloir "combattre pour garder vivant ce qui 
représente l'Amérique". 
    Les manifestations, qui ont commencé mardi soir après 
l'annonce surprise de la victoire du candidat républicain, ont 
jusqu'ici été plutôt pacifiques. Toutefois à Portland, dans 
l'Oregon, un manifestant a été blessé par balle samedi matin par 
un jeune homme qui s'est enfui.  
    Selon la police de Portland, quatre personnes ont été 
interpellées dans cette affaire. Elles feraient partie d'une 
bande criminelle. 
    Samedi soir, certains manifestants ont jeté des bouteilles 
et attaqué une équipe qui tournait un film, a annoncé la police 
qui dit avoir procédé à des arrestations parce que la foule 
refusait de se disperser. 
    Bien qu'ayant obtenu moins de voix qu'Hillary Clinton - 60,3 
millions contre 60,8 millions - Donald Trump l'a emporté en 
nombre de grands électeurs chargés d'élire le chef de l'Etat, 
grâce à sa bonne performance dans les Etats indécis comme le 
Michigan et la Floride. 
 
 (Avec Jane Ross à Los Angeles et Brendan O'Brien à Milwaukee; 
Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Berg690 il y a 3 semaines

    Les "démocrates" contre le résultat démocratique...