Plusieurs grands projets de transport promis aux oubliettes

le
12
Plusieurs grands projets de transport promis aux oubliettes
Plusieurs grands projets de transport promis aux oubliettes

Coup de pied dans la fourmilière des projets de transports. Dans un rapport remis demain au ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, et que nous nous sommes procurés, la commission Mobilité 21 fait le tri. Chargé dans le cadre de l'élaboration du schéma national des infrastructures de transport (Snit), de « hiérarchiser et mettre en perspective » les grands projets d'ici à 2030, ce groupe de parlementaires, présidé par le député PS Philippe Duron, a choisi de « moderniser » et « renforcer » les réseaux existants, quitte à reporter des projets d'envergure non financés.

Trop beaux pour être vrais. Annoncées à maintes reprises, certaines liaisons pourraient ne jamais voir le jour. La ligne ferroviaire Lyon-Turin et le canal Seine-Nord Europe qui doit traverser la Picardie, ont été « exclus » du rapport. « Aucune possibilité de financement d'autres projets ne serait plus alors ouverte avant 2028 ou 2030 », lit-on. Un des membres de la commission commente : « Si on fait ne serait-ce que l'un des deux, tout le reste peut aller aux oubliettes. » Le canal Seine-Nord est estimé à lui seul à 4,5 Md?. C'est pour cette raison que les nouvelles lignes grande vitesse (LGV) ne sont pas classées « prioritaires ». Le réseau existant répondrait déjà « aux besoins d'échange et de transit ». Le barreau Poitiers-Limoges ou la liaison Rhin-Rhône Est sont relégués en second choix, tandis que la LGV Rhin-Rhône branches ouest et sud est écartée (voir infographie).

Neuf grands projets devraient avoir la vie sauve, vingt si on se base sur un scénario « optimiste ». Pour faciliter les liaisons entre les ports de niveau européen, l'amélioration de la desserte du port de Marseille-Fos (avec l'A 56 Fos-Salon) comme celle du Havre (avec l'électrification et l'aménagement de Gisors-Serqueux), sont préconisés. Pour en finir avec les « points noirs du réseau ferroviaire », un traitement des n?uds ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • JUFRABRE le mercredi 26 juin 2013 à 12:49

    Cela me paraît être de bonnes économies, a part quelques uns tels que le "désenclavement routier du Chablais", d'un montant "faible" et qui améliorerais certainement la vie et la sécurité de milliers de personnes...

  • frede331 le mercredi 26 juin 2013 à 12:39

    Quelle bande de gros na.se . payer des emplois aidés et supprimer des travaux d'investissements . Ils ont tout compris a l'economie

  • gremyger le mercredi 26 juin 2013 à 12:13

    Et le "Grand Paris" qui a déjà été bien ratiboisé ! On va bientôt revoir des fiacres à la place des taxis qui polluent. Ce sera coup double car on saura ainsi d'où vient la viande de cheval...

  • larak le mercredi 26 juin 2013 à 12:03

    tant mieux, marre de ces projets inutiles juste bons à creuser un peu plus le trou de la dette et détruire nos paysages

  • alain..c le mercredi 26 juin 2013 à 11:51

    Si nos anciens avaient fait la même chose on utiliserait toujours les voies romaines, marre de ces C 0 N S qui nous gouvernent.

  • fullcove le mercredi 26 juin 2013 à 11:50

    Heu, le new deal????

  • abbayede le mercredi 26 juin 2013 à 11:48

    Les économies les voilà !Il faut ajouter le canal Seine -Nord, le port du Havre et bien d'autres projets d'investissement militaires ou de recherche scientifique sous lesquels des trappes se sont ouvertes.

  • lorant21 le mercredi 26 juin 2013 à 11:45

    C'est sur qu'il faut choisir entre des profs inutiles ou des infrastructures. Mais les profs votent bien...

  • mjjmimi le mercredi 26 juin 2013 à 11:38

    Où sont les grands projets pour relancer l'emploi?

  • BigBrokR le mercredi 26 juin 2013 à 11:37

    Comme on peut le constater, on est totalement dans les plans de relance keynesiens à base de grands travaux utiles financés par les pouvoirs publics... C'est bien Hollande, il faut continuer, l'Etat finance de plus en plus la relance de l'économie réelle et les infrastructures de demain...