Plusieurs candidats putatifs renoncent à la tête de l'UMP

le
5
NKM RENONCE À LA TÊTE DE L'UMP
NKM RENONCE À LA TÊTE DE L'UMP

PARIS (Reuters) - Nathalie Kosciusko-Morizet et Bruno Le Maire ont annoncé mardi qu'ils ne seraient pas candidats à la présidence de l'UMP, n'ayant pas rassemblé un nombre suffisant de parrainages au dernier jour de dépôt des signatures.

L'ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, a également déclaré ne pas avoir recueilli les 7.924 parrainages nécessaires pour se présenter dans la course à la tête du principal parti de droite.

Le retrait de ces candidats putatifs, après celui de Xavier Bertrand, qui revendiquait pourtant 8.200 parrains, renforce la perspective d'un duel entre Jean-François Copé et François Fillon.

"Hier soir, au dernier pointage, j'étais à un peu moins de 7.000 et même avec le courrier du jour, ça ne passera pas", a déclaré mardi sur Europe 1 Nathalie Kosciusko-Morizet, ancienne ministre de l'Ecologie et députée UMP de l'Essonne.

"Je le regrette parce que je n'ai pas fait cette campagne pour les parrainages, pour les collectionner, pour les échanger, pour les marchander, j'ai fait cette campagne pour être candidate et pour porter mes idées jusqu'au bout", a ajouté celle qui avait demandé un délai supplémentaire de 15 jours.

L'ancien ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire a quant à lui dit avoir été "tout près du but". "Il ne me manquait que trois ou quatre jours", a-t-il déclaré au Monde.

L'entourage de François Fillon a au contraire laissé entendre qu'il déposerait un nombre de parrainages très supérieur aux 7.924 nécessaires et Jean-François Copé a déclaré mardi en avoir recueilli plus de 30.000.

Sur France 2, Henri Guaino a dénoncé un système de parrainage "absurde, même honteux".

"Vous connaissez un système démocratique dans lequel deux candidats seulement sont autorisés à se présenter au premier tour ? (..) C'est une démocratie qui est quelque part entre la Corée du Nord et celle de Cuba", a-t-il lancé.

François Fillon et Jean-François Copé ont tous deux reconnu que les statuts de l'UMP méritaient d'être revus, pour faciliter les candidatures à l'avenir.

"La lourdeur de la mécanique pour rechercher les parrainages mérite incontestablement d'être réformée lors d'un congrès à venir", a estimé l'ancien Premier ministre dans un entretien au Parisien.

"Il faudra sans doute revoir ces règles", a de son côté déclaré le secrétaire général de l'UMP sur i>TELE.

Les candidats doivent déposer ce mardi 7.924 parrainages pour pouvoir briguer la tête du principal parti de droite. Les militants UMP voteront le 18 novembre ainsi que le 25 si un second tour est nécessaire.

Chine Labbé

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 2445joye le mardi 18 sept 2012 à 15:04

    Les institutions d'un pays ou d'un parti sont élaborés par les personnes qui détiennent le pouvoir et elles font en sorte que les règles leur permettent d'y rester le plus longtemps possible, en barrant l'accès aux nouveaux entrants. C'st par ce biais que l'UMP et le PS ont réussi à contenir la représentation du FN à la portion congrue. Au fait, le PS se passionne pour le vote des étrangers mais ne parle plus du tout de changer la règle des parrainages qui a pollué l'élection présidentielle.

  • autemm le mardi 18 sept 2012 à 10:48

    L'UMP c'est comme les disques Vinyle, les K7 audio ou les écrans cathodiques : les vieux en ont encore mais c'est MORT ! Dire qu'ils pensent ringardiser le PC ou le Parti de Gauche en criant "Chavez" ou "Staline" ..

  • M3101717 le mardi 18 sept 2012 à 10:03

    On est loi, loin loin des primaires socialistes. Quelle classe !!

  • paumont1 le mardi 18 sept 2012 à 09:59

    l'UMP n'a jamais été un mouvement démocratique, pas plus que les partis de droite en Iran ou en Russie;le mode désignation des chefs de partis, l'est rarement même à gauche.

  • M3101717 le mardi 18 sept 2012 à 09:47

    Quel bel exemple de Démocratie ! L'UMP a encore beaucoup de progrès à faire avant de donner quelque leçon ;o)