Plusieurs candidats pour reprendre Mia Electric

le
0
PLUSIEURS CANDIDATS POUR REPRENDRE MIA ELECTRIC
PLUSIEURS CANDIDATS POUR REPRENDRE MIA ELECTRIC

BORDEAUX (Reuters) - Plusieurs dossiers de reprise du fabricant de voitures électriques Mia Electric ont été déposés vendredi, a-t-on appris samedi de sources proches du dossier.

Le tribunal de commerce de Niort (Deux-Sèvres), qui a mis Mia Electric en liquidation le 12 mars, se prononcera sur ces offres le 7 mai.

La petite voiture a fait sensation quand la nouvelle ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, est arrivée à son bord dans la Cour de l'Elysée pour son premier conseil des ministres.

"Des dossiers ont été déposés. Ils sont sans doute au nombre de trois", a dit une source, précisant qu'un groupe algérien pourrait être parmi les candidats.

Les représentants du personnel seront informés mardi de l'état des candidatures, deux jours avant les licenciements effectifs des 200 salariés. Quelques dizaines d'entre eux seraient réembauchés en cas de reprise.

Le tribunal de commerce avait prononcé la liquidation judiciaire le 12 mars, après avoir placé l'entreprise en redressement judiciaire un mois plus tôt.

L'entreprise de Cerizay (Deux-Sèvres) était à l'arrêt depuis plusieurs semaines faute d'être livrée en pièces détachées par ses fournisseurs.

La présidente du groupe, Michèle Boos, avait tenté en vain de monter un plan de redressement des comptes et de l'activité.

Mia Electric est né de la reprise de l'activité de véhicules électriques du groupe Heuliez par l'investisseur allemand Edwin Kohl en 2010, année marquée par l'entrée au capital de la région Poitou-Charentes présidée par Ségolène Royal.

Le groupe a été racheté en 2013 par le consortium d'investisseurs Focus Asia basé en Allemagne.

(Claude Canellas, édité par Jean-Baptiste Vey)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant