Plus vieux et réfléchi, le portrait-robot du gamer français

le
0
Plus vieux et réfléchi, le portrait-robot du gamer français
Plus vieux et réfléchi, le portrait-robot du gamer français

Avec un chiffre d'affaires de 2,7 milliards d'euros en 2013 et 29 millions d'utilisateurs, le jeu vidéo est la deuxième industrie de loisir en France, derrière le livre.Une étude de l'institut Gfk en partenariat avec Ipsos, sur 15.000 consommateurs a été présentée à l'occasion de l'IDEF, le salon professionnel du jeu vidéo. L'occasion de faire le point sur les profils des joueurs français.

Des gamers plus vieux et plus féminins

Alors qu'en 1990, un Français sur 10 jouait aux jeux vidéo, ils sont désormais un sur deux à s'adonner ce loisir. Et si les jeunes hommes restent la cible prioritaire, les femmes représentent près d'un acheteur sur deux (46%), mais ne sont à l'origine que de 39% des dépenses.

Elles ne se contentent pas d'acheter, puisque l'étude révèle qu'un joueur sur deux est une femme, contre une sur 10 en 1990.

Les adolescents sont loin d'être les seuls à être accros aux jeux vidéo. En effet, alors que la moyenne d'âge était de 21 ans en 1999, elle est aujourd'hui de 38 ans. Deux tiers des joueurs ont plus de 30 ans.

Un foyer sur deux possède une console

Additionnées, les consoles de salon et les consoles portables sont les plates-formes les plus utilisées par les Français (respectivement 31% et 19%). Elles sont présentes dans 50% des foyers avec 15,11 millions de consoles de salon et 17,06 pour les versions portables de génération 7 (PS3, Wii, Xbox 360, DS, PSP) et 8 (Wii U, PS4, Xbox One, 3DS, PS Vita).

Le PC n'est néanmoins pas en reste, puisque 44% des gamers y sont encore fidèles. Les tablettes smartphones réunissent 24% des Français et les tablettes 15%.

Des achats réfléchis

L'achat de jeu vidéo se fait de façon plus réfléchie que pour un autre bien culturel (58% contre 48%). C'est-à-dire que le gamer achète un jeu en particulier et non pas de façon spontanée. Les achats prémédités se font davantage sur Internet (72% contre 56%).

Les Français moins accros que ses voisins

Avec six heures ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant