Plus-values immobilières : les dispositifs qui réduisent l'impôt

le
1
Pour un bien de quelques centaines de milliers d'euros détenu depuis dix à quinze ans, la ponction fiscale atteint très vite 20.000 euros ! (© DR)
Pour un bien de quelques centaines de milliers d'euros détenu depuis dix à quinze ans, la ponction fiscale atteint très vite 20.000 euros ! (© DR)

La taxation des plus-values immobilières fait mal. Pour un bien de quelques centaines de milliers d’euros détenu depuis dix à quinze ans, la ponction fiscale atteint très vite 20.000 euros ! Pour deux raisons : le prix des logements a plus que doublé en quinze ans ; le régime de taxation des plus-values immobilières a été durci.

Avant le 1er février 2012, tous les biens vendus après quinze ans étaient exonérés d’impôt et de contributions sociales sur la plus-value. La durée d’exonération est ensuite passée à trente ans. Avant de revenir à vingt-deux ans pour l’impôt. C’est toujours trente ans pour les contributions sociales.

Premier remède : faire le plein des exonérations

- La première est connue, elle concerne votre résidence principale. À ce jour, si vous vendez votre logement, la plus-value réalisée reste totalement exonérée d’impôt et de contributions sociales. Pour profiter de l’exonération la cession du bien doit en principe intervenir dans un délai maximal d’un an après le déménagement.

Les dépendances immédiates et nécessaires (garage à moins d’un kilomètre…) cédées en même temps que la résidence sont aussi exonérées, même si elles sont vendues à un acheteur différent. Attention, si vous faites de votre résidence secondaire votre résidence

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • heimdal le jeudi 17 sept 2015 à 06:47

    Pour profiter de l’exonération la cession du bien doit en principe intervenir dans un délai maximal d’un an après le déménagement.Donc il vaut mieux continuer à y habiter jusqu'à la revente effective .