Plus forte baisse des importations en deux ans en Allemagne

le
0
Plus forte baisse des importations en deux ans en Allemagne
Plus forte baisse des importations en deux ans en Allemagne

BERLIN (Reuters) - Les importations allemandes ont subi en avril leur plus forte chute depuis deux ans tandis que les exportations diminuaient plus que prévu, signe que l'Allemagne commence à ressentir à son tour les effets de la crise de la dette en zone euro.

Les importations (ajustées des variations saisonnières) ont diminué de 4,8% en avril, montrent les chiffres publiés vendredi par l'Office fédéral de la statistique. Une chute surprenante puisque les économistes interrogés par Reuters prévoyaient une stabilité des importations.

Quant aux exportations, elles ont elles aussi reculé, et ce pour la première fois de l'année, enregistrant une baisse de 1,7% contre un repli de 1,0% attendu.

"Les commandes des entreprises se sont détériorées en raison des problèmes en zone euro. Cela se reflète désormais dans les exportations", a commenté Stefan Schilbe de HSBC Trinkaus

"Le commerce extérieur ne contribuera plus à la croissance cette année."

Cette statistique décevante vient s'ajouter à d'autres chiffres déjà jugés médiocres publiés cette semaine, dont ceux des commandes industrielles pour avril, qui ont subi une baisse de 1,9% en avril, sans précédent depuis novembre.

Certains économistes jugent toutefois que le repli des importations peut être attribué à la baisse des cours du pétrole plutôt qu'à une dégradation de la demande.

La baisse des exportations, elle, alimente la crainte de voir l'économie allemande privée de l'immunité qu'on lui attribuait contre les effets de la crise de la dette souveraine en zone euro.

Le détail des statistiques montre que l'Allemagne peine à trouver des clients pour ses produits à l'intérieur de la zone euro. Les exportations vers le bloc monétaire ont en effet reculé de 3,6% en avril alors que les flux en direction de marchés non-européens, comme l'Asie progressaient de 10,3%.

L'excédent commercial allemand ajusté a quant à lui progressé à 16,1 milliards, contre 14,0 milliards en mars, alors que le consensus anticipait 13,5 milliards.

Michelle Martin; Nicolas Delame pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant