Plus fort que le «made in France», le «made in Paris»

le
1
Mixant innovation, savoir-faire local, tradition artisanale et cet esprit frondeur typiquement parisien, les produits créés et fabriqués dans la capitale ont le vent en poupe.

Le «fabriqué en France», particulièrement en vogue, pourrait bien être détrôné par une mouvance plus locale encore. Car l'étiquette qui fait vendre en ce moment, dans la capitale voire à l'international, c'est le «made in Paris».

Le nouveau chic parisien consiste à acheter local, à dénicher des produits de niche, fabriqués et vendus dans de petites boutiques-ateliers. Les modeuses plébiscitent ainsi les sacs-bourses sur mesure de Delphine Delafon, réalisées dans son atelier parisien du Xe arrondissement, ou les tee-shirts brodés minute et les accessoires imaginés par Jenny et Marie, deux Parisiennes qui officient dans leur petit atelier du passage Lepic (www.maisonlabiche.com). D'autres courent au Viaduc des arts, admirer les bijoux innovants en dentelle siliconée de Tzuri Gueta, dans sa voûte-atelier. Un engouement qui n'étonne pas Vincent Grégoire, célèbre tendanceur du bureau de style Nelly Rodi: «Dans une société mondialisée, plus on gomme les frontières, plus nous avons besoin de renouer avec l'ultra-local, de donner leur chance aux jeunes créateurs, aux micro-entrepreneurs, aux petites unités de proximité, plus intimes et plus personnalisées. C'est très parisien, ce petit côté dissident, rebelle aux grandes marques.»

C'est là l'esprit de contradiction propre à la capitale. Si, hier encore, l'herbe était toujours plus verte ailleurs, aujourd'hui on affiche clairement sa préférence pour le «made in Paris». Du coup artisans et créateurs annoncent la couleur. Les cravates et écharpes de Philippe Gaber, installé dans le XIe, sont «intégralement fabriquées à Paris». Le concept-store French Trotter (IIIe), met en avant sa ligne Crafted in Paris, fabriquée de façon artisanale dans un atelier parisien et mettant en avant un savoir-faire local.

Le label Commune de Paris 1871, monté en 2009 par trois Parisiens, fait clairement référence à l'identité révolutionnaire française, à l'insoumission et aux idéaux parisiens. «Paris fourmille de jeunes talents qui innovent tout en intégrant les traditions et savoir-faire artisanaux», se ­réjouit Lyne Cohen-Solal, adjointe au maire de Paris chargée de l'artisanat et des métiers d'art. Une richesse à découvrir jusqu'au 9 décembre au Carrousel des métiers d'art et de création, qui rassemble au Carrousel du Louvre (Ier), des talents en majorité franciliens, ou dans la boutique éphémère des Ateliers de Paris, au Viaduc des arts (XIIe) qui expose jusqu'à dimanche les réalisations des nouveaux résidents de cet incubateur de jeunes créateurs parisiens.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4336591 le vendredi 7 déc 2012 à 09:24

    je propose le "made in "Avenue des Champs Elysées" ou "made in Avenue Montaigne"; ça fera encore plus chic pour les gogos.