Plus des deux tiers des financiers optimistes pour leur bonus en France

le
0

(NEWSManagers.com) -

Les financiers français veulent y croire. Malgré une conjoncture économique difficile et les suppressions de postes annoncées par certaines banques, plus des deux tiers d'entre eux s'attendent à recevoir un bonus supérieur ou égal à celui de 2012 et font preuve d'optimisme pour leur rémunération globale. Dans le détail, la conclusion de l'enquête menée par eFinancialCareers.fr, en novembre 2013 auprès de 273 professionnels de la finance résidant ou travaillant en France, relève que près de 69% s'attendent à recevoir un bonus au moins équivalent à celui de 2012.

" Pour les financiers s'attendant à une augmentation (38% des interrogés), cette confiance découle principalement de leur performance personnelle puisqu'elle est citée comme facteur principal pour près de la moitié (48%), indique eFinancialCareers. Si les financiers tirent un bilan plutôt positif pour l'année 2013, ajoute le site de recrutement, ils émettent plus de réserve quant aux années à venir : en chiffres, 41% des sondés estiment que le niveau des bonus se maintiendra dans les trois années à venir, plus d'un quart (28%) pense qu'il tendra à baisser. Seuls 17% s'attendent à une hausse"

Interrogés sur leur salaire fixe, 53% des financiers déclarent avoir observé des changements en 2013. Parmi ceux-ci, 96% ont reçu une augmentation.

Cause ou conséquence, l'optimisme est plus mesuré sur la rémunération fixe dans un proche avenir : la moitié des financiers interrogés (50%) s'attendent à une stagnation de leur salaire de base au cours des 6 prochains mois et 42% misent tout de même sur une augmentation. Concernant leur rémunération globale et les facteurs les plus inquiétants, plus d'un tiers (35%) mentionne les conditions de marché et un quart (24%) désigne les restrictions appliquées par les entreprises.

Interrogé sur les résultats de l'étude, James Bennett, directeur général d' eFinancialCareers a relevé que " l'optimisme des financiers est un bon signal et pourrait s'expliquer par les bons résultats des banques françaises sur le premier semestre.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant