Plus de policiers et moins de vols au Louvre

le
0
BAISSE DES VOLS AU LOUVRE
BAISSE DES VOLS AU LOUVRE

par Sophie Louet

PARIS (Reuters) - Le nombre de plaintes pour vol au Louvre a diminué de 70% depuis que la sécurité a été renforcée dans le musée à la mi-avril, sous la pression des personnels confrontés à une recrudescence de délits, a déclaré jeudi le préfet de police de Paris.

Le 10 avril, 200 des 300 agents d'accueil et de surveillance du Louvre avaient exercé leur droit de retrait pour alerter la direction sur la multiplication des vols de visiteurs mais aussi des agressions à leur encontre de la part de touristes furieux.

Des voleurs majoritairement en bande, pour les deux tiers des mineurs "désocialisés" originaires d'Europe centrale, selon la police, s'attaquent à des visiteurs dans les salles de grande affluence, notamment celle où est exposée "La Joconde". Le Louvre a accueilli 9,8 millions de visiteurs en 2012.

Les touristes chinois sont leurs cibles privilégiées, car ces derniers ont pour habitude de circuler avec de grosses sommes d'argent en liquide sur eux.

Outre des policiers en civil qui circulent dans les salles, des agents en uniforme ont été postés dans la pyramide du Louvre, aux entrées des salles, ce qui selon la direction du Louvre et la préfecture de police a un effet dissuasif notable.

"Depuis le 11 avril, le nombre de plaintes a chuté de 70%", a déclaré le préfet de police Bernard Boucault à la presse. Hervé Barbaret, administrateur général du Louvre, a fait état de 120 plaintes par mois avant le 11 avril et de trente après.

Une lettre-type de dépôt de plainte, rédigée en plusieurs langues, est désormais disponible à l'accueil du Louvre pour faciliter les démarches des touristes dépouillés.

"Il nous arrive de retrouver des portefeuilles vidés de leur contenu, on essaye de les renvoyer. En général, Paris est la première destination des touristes chinois, c'est dommage de n'avoir pour seul souvenir qu'un vol", témoigne une employée.

"TOURISTES AFFOLÉS"

Les habituelles patrouilles policières en rollers et en VTT, aux Tuileries et sur l'esplanade du Louvre, ont contribué aussi à enrayer une partie du phénomène.

"Je n'ai plus ces queues de touristes affolés qui venaient porter plainte au commissariat", dit Valérie Goetz, commissaire divisionnaire du 1er arrondissement, où se situe le Louvre.

Le préfet de police réunira vendredi des représentants de la Ville de Paris et l'ensemble des acteurs du tourisme afin d'arrêter de nouvelles mesures. La brochure "Paris en toute sécurité", par exemple, sera prochainement diffusée en mandarin, coréen et japonais.

"Ces faits de délinquance - escroquerie, vols à l'étalage, vol à la tire - n'ont pour l'instant pas d'effet sur la fréquentation touristique, mais si le phénomène perdurait, les 'tours operators' pourraient faire d'autres choix que la France", déclare-t-on à la préfecture de police.

L'Association chinoise du tourisme, une organisation gouvernementale, avait fait part de son "inquiétude" en mars dernier aux autorités françaises et demandé une meilleure protection pour ses ressortissants, qui sont plus d'un million chaque année à visiter la France.

Un groupe de 23 touristes chinois s'était fait détrousser fin mars peu après leur arrivée à l'aéroport de Roissy.

Plus gros consommateurs de luxe au monde, les Chinois sont réputés dépensiers (1.470 euros en moyenne par enseigne, selon le leader mondial de la détaxe Global Blue) et confient en règle générale passeport et argent liquide à un accompagnateur, qui devient de fait une cible aisée pour les voleurs.

Ils résident pour des raisons d'économie dans des hôtels à la périphérie de Paris, ce qui les rend plus vulnérables.

Edité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant