Plus de numérique et d'international, Macron à Nantes lance "l'Industrie du Futur"

le
0
Plus de numérique et d'international, Macron à Nantes lance "l'Industrie du Futur"
Plus de numérique et d'international, Macron à Nantes lance "l'Industrie du Futur"

Davantage de numérique, davantage d'international: le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a lancé lundi à Nantes la deuxième phase du programme de la "nouvelle France industrielle", visant à créer une nouvelle dynamique chez les entrepreneurs français.M. Macron présentait aussi à Nantes une version resserrée des 34 plans de la Nouvelle France industrielle, lancés en septembre 2013 par son prédécesseur Arnaud Montebourg, désormais regroupés au sein de 9 grandes "solutions industrielles".La nouvelle phase appelée "industrie du futur" doit permettre une "montée en gamme" afin de produire "mieux, avec beaucoup moins de pollution, sur des volumes parfois plus réduits, plus vite, et donc qu'on ait une industrie parfaitement adaptée aux besoins de ses clients et aux nouveaux défis économiques et environnementaux", a expliqué le ministre en visitant une usine de l'équipementier aéronautique Daher, près de Nantes, ouverte en 2012 et qui emploie 1.700 personnes sur cinq sites."Cela suppose une vague d'investissements inédite", a assuré le ministre, en soulignant que "la nouvelle phase qui commence (prévoit) 3,4 milliards d'investissements publics sur le projet industrie du futur et les 9 solutions industrielles", venant s'ajouter aux 1,4 milliard de fonds publics déjà injectés."La France a raté dans les années 90 la vague d'investissements qui a été celle de la robotisation. On se retrouve aujourd'hui avec cinq fois moins de robots en France qu'en Allemagne, deux fois moins qu'en Italie (...). Est-ce que c'est cela qui a protégé l'emploi industriel ? Non, parce que la première décennie des années 2000 a montré l'effondrement de l'emploi industriel" en France, a poursuivi M. Macron.Chez Daher, il a notamment visité une ligne de production automatisée de clips thermostatiques de l'A350, l'assemblage du plancher de l'A400 M et le robot ultra-son où sont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant