Plus de liberté pour les emprunteurs

le
0
Depuis mercredi matin, les banques ne peuvent plus imposer leur propre assurance sur les crédits immobiliers. La concurrence devrait s'intensifier sur ces contrats.

Les emprunteurs sont désormais libres de choisir l'assurance de leur crédit immobilier auprès de n'importe quel assureur, si elle offre des garanties équivalentes à celles du contrat proposé par la banque elle-même. Cette mesure, votée avec la loi sur le crédit à la consommation, entre en vigueur mercredi.

Jusqu'à présent, les banques avaient le droit d'imposer leur propre contrat et les clients devaient parfois négocier pied à pied pour tenter de lui faire accepter un autre assureur, moins cher. Ils devaient aussi parfois faire face au chantage du banquier, qui menaçait d'augmenter le taux d'intérêt du prêt si l'assurance n'était pas souscrite chez lui. Une pratique désormais interdite.

 

Des assurances moins chères ?

 

L'assurance emprunteur s'ouvre donc davantage à la concurrence. Et intéresse un nombre croissant d'assureurs. Swiss Life par exemple vient de lancer un contrat de ce type. «Les banques prélèvent des marges importantes sur ces assurances. Les nôtres, comme nos coûts de distribution, sont moins élevés, ce qui nous permet d'offrir des tarifs compétitifs», avance Éric Le Baron, directeur général de Swiss Life assurance et patrimoine. Mais jusqu'à 40 ou 45 ans seulement le plus souvent.

Les assurances proposées par les banques sont en effet des contrats de groupe, avec une grille tarifaire simplifiée et un taux standard par tranche d'âge. En revanche, les primes des assurances souscrites auprès d'autres assureurs sont calibrées en fonction du profil de chaque client (âge, santé…). Ce qui est avantageux pour les jeunes emprunteurs, mais beaucoup moins pour les personnes plus âgées. De plus, les garanties offertes d'un contrat à l'autre (décès, invalidité…) ne sont pas strictement identiques. Les banques doivent d'ailleurs depuis plus d'un an déjà remettre aux emprunteurs une fiche détaillée précisant les principales garanties de leur contrat, pour faciliter les comparaisons.

Les consommateurs, qui bataillent déjà pour négocier le taux de leur prêt, auront-ils envie de faire le tour du marché pour dénicher l'assurance la moins chère? Peut-être, car les taux d'intérêt des crédits immobiliers sont si faibles aujourd'hui que l'assurance pèse proportionnellement de plus en plus lourd dans le remboursement. «Avec un taux pouvant varier de 0,10% à 0,40% selon le contrat souscrit et les garanties incluses, cette assurance représente entre 5% et 16% du coût total du crédit immobilier», souligne le courtier en crédit Meilleurtaux.com.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant