Plus de la moitié des Français victimes d'"amnésie numérique"

le
0
Plus de la moitié des Français victimes d'"amnésie numérique"
Plus de la moitié des Français victimes d'"amnésie numérique"

(AFP) - Plus de la moitié des Français détenteurs de smartphones et de tablettes sont incapables de se souvenir du numéro de téléphone de leurs enfants, un phénomène appelée "amnésie numérique", selon une étude du cabinet de sécurité informatique Kaspersky diffusée mercredi.Environ un tiers des Français ne se souvient pas du numéro de la personne qui partage leur vie, alors que seulement 48% ont oublié celui du domicile où ils vivaient à l'adolescence, selon l'étude.

Similaire à "l'effet Google" qui affaiblit la mémoire à force de toujours recourir à internet pour trouver rapidement des informations, "l'amnésie numérique" telle que la décrit Kaspersky est "le fait d'oublier les informations que nous conservons dans un appareil numérique".

L'étude fait apparaître l'existence parmi toutes les tranches d'âge de ce phénomène, réparti par ailleurs uniformément entre les sexes.

La majorité des consommateurs français connectés ne connaissent ainsi pas par coeur des numéros de téléphone de première importance, tels que celui de leurs enfants (58 %), ou de leur propre lieu de travail (51,5%).

"Notre incapacité croissante à nous souvenir des numéros importants parce qu'ils sont juste à un clic de distance nous laisse extrêmement vulnérables dans le cas où le dispositif est perdu ou volé, ou les données compromises", notent les auteurs.

S'ils perdaient ces informations ou l'accès à celles-ci dans un smartphone ou une tablette, 17,6% des Français déclarent qu'ils ressentiraient un état de panique car c'est le seul endroit où ils les auraient stockées.

"L'acte de mémorisation est une compétence et son importance dans notre boîte à outils cognitive dépend du degré de pertinence qu'il revêt pour nous dans le fait de naviguer efficacement dans notre monde", tempère néanmoins le Dr Katryn Mills, du département de Neuroscience de l'University College de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant