Plus de complications quand les opérations sont longues

le
0
Pour éviter les complications post-opératoires, mieux vaut limiter le temps d'opération des chirurgiens que leur nombre.

La surcharge de travail d'un chirurgien nuit-elle aux patients opérés? C'est la question sur laquelle s'est penchée une équipe américaine de chirurgiens thoraciques dans une étude qui vient d'être publiée dans The Annals of Thoracic Surgery. Selon leurs observations, chez les patients à qui on a enlevé une partie du poumon (lobectomie), le risque de complications serait directement lié au temps total qu'a passé le chirurgien à opérer dans la journée et non au nombre d'opérations qu'il a effectuées.

L'étude publiée par l'équipe de médecins de la Mayo Clinic a mesuré l'impact de la charge de travail journalière d'un chirurgien sur le risque de complications post-opératoire chez des patients majoritairement atteints d'un cancer du poumon. Cette charge journalière englobe le nombre d'opérations réalisées, le temps opératoire total et le nombre de salles opératoires utilisées. Aux États-Unis, un chirurgien confirmé peut en effet opérer dans plusieurs salles

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant