Plus de 800.000 foyers français victimes de fraude bancaire

le
0

INFOGRAPHIE - Dans son dernier rapport publié mardi, l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) constate une augmentation de plus de 300.000 foyers, victimes depuis 2010. Le développement massif de nouveaux réseaux informatiques en est la principale cause.

Le fléau ne cesse d'augmenter et le vocabulaire est entré dans le lexique courant. On parle de «phishing», de «scam». Selon l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), les faits d'escroqueries bancaires constatés sur les foyers français sont en hausse constante depuis 2010. Généralement, le préjudice est inférieur à 300€ (58% des cas). Au sein des victimes, plus de deux tiers affirment ne pas connaître le mode opératoire alors que dans plus d'un tiers des situations, l'achat de produits sur internet est la principale raison d'une escroquerie.

L'étude de l'ONDRP montre qu'en 2013, près de 3% des foyers français ont déjà été victimes de débits frauduleux. Ce qui varie aussi, c' est le mode de découverte de la fraude par les victimes.

Aujourd'hui, seulement 40% des foyers victimes affirment déposer plainte suite à ce type d'escroquerie selon l'ONDRP alors que parmi cette proportion, huit foyers sur dix sont remboursés par leur établissement bancaire dans la totalité du préjudice. Au contraire, 18,7% des foyers déclarent ne pas avoir été remboursés soit parce qu'ils n'ont pas formulé la demande auprès de l'organisme, soit parce que la demande est en cours de traitement ou au contraire, dans 31,5% des cas concernés, parce que l'établissement a refusé le remboursement.

Le développement du e-commerce comme moteur

Dans ses conclusions, l'ONDRP juge que la principale raison d'une telle augmentation d'escroqueries bancaires se situe dans le développement du e-commerce. Sur les cas constatés par l'organisme, 34% des cas sont issus d'un achat en ligne sur Internet où les clients ont tendance à donner leurs coordonnées bancaires sans faire attention à la sécurité.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant