Plus de 80% des médecins en grève pour dénoncer le désert médical à Mayotte

le
1
Plus de 80% des médecins en grève pour dénoncer le désert médical à Mayotte
Plus de 80% des médecins en grève pour dénoncer le désert médical à Mayotte

La ministre de la santé Marisol Touraine s'était félicitée cet été de la publication au «Journal officiel» de ses mesures incitant les jeunes médecins à s'installer dans les déserts médicaux. Mais à Mayotte, la situation est toujours critique : moins de 200 médecins pour environ 250 000 habitants. Pour dénoncer cette situation, les praticiens libéraux et hospitaliers ont entamé lundi une grève illimitée.

Selon les syndicats, 95% des libéraux ont observé le mouvement et 80% des hospitaliers. Les urgences étaient assurées au Centre Hospitalier de Mayotte (CHM), situé à Mamoudzou, chef-lieu de ce petit département de l'Océan indien. Le but, taper fort pour faire connaître leurs revendications, régulièrement exprimées ces dernières semaines mais peu entendues jusqu'alors : «Nous alertons les pouvoirs publics depuis 18 mois sur le manque chronique des médecins libéraux et rien n'est fait», a déploré le docteur Abdéli Ouadah, du Syndicat des médecins libéraux (SML).

« La médecine libérale bientôt morte à Mayotte »

«La Lozère est considérée comme un désert médical avec grosso modo 50 médecins pour 70 000 habitants. On compte 30 médecins pour 212 000 habitants recensés et quand on sait que Mayotte frôle les 300 000 habitants plutôt que les 200 000, on se dit c'est plus qu'un désert», a poursuivi le Dr Ouadah. Le hiatus dans les chiffres provient du grand nombre de migrants en situation irrégulière, venus essentiellement des Comores voisines. «Les médecins partent les uns derrière les autres. S'il n'y a pas de remplaçants d'ici 2 ans ou 3 ans maximum, la médecine libérale sera morte à Mayotte», s'est encore indigné le praticien.

La délégation de l'Agence régionale de santé (ARS) reconnaît une situation tendue et un manque de spécialités. «Le secteur libéral est frappé par de nombreux départs non remplacés : 12 départs en 2012 contre 4 installations, et d'ici la fin de l'année, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le lundi 30 sept 2013 à 20:31

    Quoi f*o*u*t*r*e à Mayotte ? Pas fous les docs.