Plus de 7000 migrants sont arrivés en Serbie en une nuit

le
0
Plus de 7000 migrants sont arrivés en Serbie en une nuit
Plus de 7000 migrants sont arrivés en Serbie en une nuit

Plus de 7000 migrants sont arrivés en Serbie dans la nuit de samedi après avoir traversé la Macédoine, alors que la Fédération internationale de la Croix-Rouge s'attend à une «hausse dramatique» de leur nombre. «Des centaines sont toujours à la frontière et d'autres encore sont attendus» en provenance notamment des îles grecques, a ajouté l'organisation basée à Genève, qui vient en aide aux migrants.

La Macédoine, qui a décrété jeudi l'état d'urgence et envoyé forces de police et armée à la frontière avec la Grèce pour contenir le passage des migrants, a finalement ouvert le passage samedi, après qu'un groupe d'environ 1000 migrants ait débordé les policiers.

VIDEO. Macédoine : des centaines de migrants débordent la police

Le Haut-Commissariat aux réfugiés de l'ONU (HCR) assure avoir reçu des garanties que la Macédoine allait laisser ses frontières ouvertes aux réfugiés. Mais l'organisation demande aux autorités de «renforcer leur présence et capacités» aux frontières afin de mieux organiser l'accueil des migrants. Elle se dit prête à aider la Macédoine si besoin, tout comme la Grèce, mais la situation reste critique.

VIDEO. Quelque 2.000 migrants bloqués à la frontière gréco-macédonienne

«Le HCR estime que plus doit être fait par la Grèce et la Macédoine pour résoudre un problème qui ne va pas disparaître de sitôt et affecte toute l'Europe. Nous appelons de nouveau les Etats membres de l'UE à intensifier leur aide à la Grèce, la Macédoine et la Serbie», a déclaré le directeur de l'organisation en Europe, Vincent Cochetel.

Selon Laurent Fabius, la situation est « très difficile et l'évolution qui a lieu est très perturbante». Au cours d'une conférence de presse, à Prague, conjointe avec son homologue tchèque Lubomir Zaoralek, le ministre français des Affaires étrangères a assuré que le problème était «en haut de l'agenda» international. «C'est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant