Plus de 7 Français sur 10 opposés à la loi Travail-Sondage

le
10
    PARIS, 24 mars (Reuters) - Plus de sept Français sur dix 
restent opposés au projet de loi réformant le Code du travail, 
présenté jeudi en conseil des ministres, malgré les changements 
apportés par le gouvernement, selon un sondage Odoxa pour Le 
Parisien et France Info. 
    Sur 1.016 personnes interrogées les 17 et 18 mars, 71% se 
disent opposées à ce projet de loi, soit autant que le 5 mars, 
avant que le gouvernement ne modifie le texte pour tenir compte 
des objections des syndicats réformistes comme la CFDT. 
    Au total, seulement 28% des sondés se disent favorables à 
cette réforme. 
    Ils sont 62% à estimer que le gouvernement a eu raison 
d'effectuer ces modifications mais qu'il ne s'agit que de 
"légers changements" ne modifiant pas fondamentalement l'esprit 
de ce projet.  
    Pour 52% des sondés, le Medef, principale organisation 
patronale française, reste le grand gagnant de ce projet de 
réforme, bien qu'il juge le texte vidé d'une grande partie de sa 
substance. 
    Le gouvernement a notamment retiré du texte le plafonnement 
des indemnités prud'homales pour licenciement abusif, la 
possibilité pour les petits employeurs de fixer unilatéralement 
certaines règles en cas d'absence d'accord d'entreprise, et une 
disposition permettant de faire travailler plus longtemps des 
apprentis, sur simple information de l'inspection du travail. 
     
 
 (Emmanuel Jarry) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • wanda6 il y a 12 mois

    Loi « Travail »: désastre et mascarade http://russeurope.hypotheses.org/4780

  • wanda6 il y a 12 mois

    Commençons par abolir les privilèges des politiciens et des fonctionnaires de l'UE avant de critiquer le peuple !

  • M9425023 il y a 12 mois

    La relation employeur employé doit redevenir une relation d'intérêt simple qui peut être interrompue dés que l'une des deux parties n'y voit plus son intérêt. L'intégration d'un salarié est suffisamment lourde pour éviter la volatilité. Idem pour l'installation du salarié qui prend ses marques et ses habitudes et qui a besoin d'un minimum de temps pour ne pas être taxé d'instabilité dans sa carrière. Toute autre considération est une complication et une entrave à l'embauche.

  • M6445098 il y a 12 mois

    ... à être... qu'ils semblent affectionner.

  • M6445098 il y a 12 mois

    Pas grave et même tant mieux pour les travailleurs étrangers et les français courageux qui iront travailler à l'étranger : nos voisins continueront être + compétitifs socialement et fiscalement, et accroîtront leurs parts de marché. Quant aux français, tant pis pour eux, ils continueront à subir un chômage structurel croissant qu'ils affectionner.

  • wanda6 il y a 12 mois

    si tous les pays améliorent la compétitivité en faisant du dumping sociale, non seulement ça sert à rien car il y aura toujours un pays pour faire pire que l'autre, mais en plus les 3/4 des populations actives vont à long terme se retrouver dans la condition ouvrière du XIXème...

  • wanda6 il y a 12 mois

    L’humanité doit progresser et ne surtout pas régresser, la progression est le seul moyen d’améliorer l’existence des autres nations. Travailler à 1€/l’heure parce que les autre le font n’améliora pas l’existence de ces derniers sauf celle des capitalistes !

  • aremon05 il y a 12 mois

    J'espère que cette loi passera et sera appliquée, on ne peut s'accrocher à des textes du Front populaire de 1936 ou de 1945. Ces populistes et manipulateurs syndicats, extrémistes de tout bord sont les casseurs de notre pays. Que M Valls reste ferme !

  • serge537 il y a 12 mois

    ce sont t les fameux ouvriers francais qui travail trop .....???? ils se rendent meme plus compte de leurs delires

  • M4189758 il y a 12 mois

    Faut comprendre: il y a les RTT, les jours fériés, les congés annuels, les congés maladies, les anniversaires, les fêtes religieuses, les commémorations, les jours de grève, les jours de manifs, les jours de deuil pour fêter la fin de la loi du travail. Vous voulez que je vous dise: on en sortira pas. Mais, oui, j'aspire à un jour de réveil!