Plus de 600 djihadistes venus de France en Syrie et Irak

le
3

PARIS (Reuters) - Plus de 600 Français ou personnes qui vivaient en France sont actuellement en Syrie et en Irak, dans les rangs djihadistes, dont plus d'un tiers de femmes, a déclaré dimanche le Premier ministre, lors d'un déplacement dans le Nord.

Dans un discours prononcé lors de la Fête de la Rose à Wattrelos, près de Lille, Manuel Valls a également précisé que 2.029 "Français ou résidents français" étaient impliqués dans les filières djihadistes.

Ces chiffres sont en nette augmentation par rapport à ceux qu'il donnait il y a un an : en février 2015, il faisait état de 1.400 Français ou résidents français "en relation avec les filières djihadistes", dont 410 présents en Syrie ou en Irak, et parlait de 80 tués sur place.

Dimanche, Manuel Valls a fait état de 609 français ou résidents français présents en Syrie ou en Irak.

"Il y a des femmes nombreuses, 283, et 18 mineurs parmi les combattants (...) 168 Français ou résidents en France sont morts là-bas dans ces actes terroristes ou de guerre", a-t-il ajouté.

"Près de 300 personnes sont revenues", a-t-il poursuivi. Près de 800 souhaiteraient aujourd'hui, selon le travail de nos services, rejoindre ces zones de guerre ; 2.029 français ou résidents en France sont impliqués."

Manuel Valls a souligné que les services de renseignement, de la police et de la justice localisaient des cellules et interceptaient des individus "chaque jour".

"Près de 1.000 personnes sont suivies par les services judiciaires, 338 ont été interpellées", a-t-il ajouté.

(Emmanuel Jarry)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • miez1804 il y a 10 mois

    L'important c'est qu'ils restent la bas!

  • frk987 il y a 10 mois

    Et alors, où est le scoop, où est l'extraordinaire, 600 pour 20% de la population, c'est vraiment une misère.....

  • 2445joye il y a 10 mois

    Une solution de bon sens serait de les "traiter" pendant qu'ils sont au loin, hors de l'Etat de droit que veut continuer à être notre pays, en oubliant qu'on est en Etat de guerre.