Plus de 5 000 migrants secourus en deux jours en Méditerranée

le
0
Plus de 5 000 migrants secourus en deux jours en Méditerranée
Plus de 5 000 migrants secourus en deux jours en Méditerranée

Plus de 5 000 migrants ont été secourus en Méditerranée depuis vendredi, a indiqué dimanche Frontex, l'agence européenne chargée des frontières extérieures de l'espace Schengen. Les sauveteurs ont découvert 17 corps, a ajouté l'agence, confirmant le chiffre donné auparavant par les garde-côtes italiens.

L'opération qui a commencé vendredi concernait les migrants qui sont partis de Libye sur 25 bateaux, selon l'agence qui indique que cinq autres opérations de sauvetage concernant 500 migrants sont en cours. Des bateaux britanniques, maltais, belges et italiens, ainsi que des avions islandais et finlandais ont été déployés dans le cadre de cette opération.

Depuis le début de l'année, plus de 45 000 immigrés clandestins ont débarqué en Italie, mais selon l'Organisation internationale pour les migrations, environ 1 770 hommes, femmes et enfants sont morts ou disparus en tentant la traversée. Ces arrivées, même massives, restent du niveau de l'année dernière en Italie, où les autorités avaient enregistré 41 243 arrivées entre le 1er janvier et le 31 mai 2014.

La «conscience» de l'Europe

Samedi, le chef du gouvernement italien Matteo Renzi s'est une nouvelle fois engagé à renflouer le chalutier dans le naufrage duquel quelque 800 migrants sont morts en avril - le pire drame des dernières décennies en Méditerranée - afin de donner une sépultures aux victimes et d'empêcher l'Europe d'«enfouir sa conscience à 387 mètres de profondeur».

En Grèce, le nombre de migrants en provenance souvent des côtes occidentales turques à bord d'embarcations de fortune, a fortement augmenté depuis le début de l'année. Après avoir été multipliées par trois au premier trimestre par rapport à la même période de l'année dernière, les arrivées en Grèce pour le seul mois d'avril ont enregistré une hausse de 870 % par rapport à avril 2014, selon les données de la section grecque du Haut commissariat des Nations ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant