Plus de 5.000 Kurdes tués depuis juillet selon le président turc

le
1
    DIYARBAKIR, Turquie, 28 mars (Reuters) - Les forces de 
sécurité turques ont tué plus de 5.000 membres du Parti des 
travailleurs du Kurdistan (PKK) depuis juillet dernier, fin de 
la trêve qui était observée entre le parti autonomiste et l'Etat 
turc, a annoncé lundi le président turc Recep Tayyip Erdogan. 
    Dans le même temps, 355 membres des forces de sécurité 
turques ont également été tués, a ajouté le président turc, 
selon l'agence de presse publique Anatolie. 
    Dans le Sud-Est turc, à majorité kurde, en proie aux 
violences depuis juillet, les forces de sécurité combattent à la 
fois le PKK et son mouvement des jeunes, le Mouvement de la 
jeunesse patriote révolutionnaire (YDG-H) dans les zones 
urbaines densément peuplées. Les combats, qui se sont 
intensifiés à partir de décembre, sont les plus meurtriers 
depuis au moins deux décennies. L'insurrection du PKK pour 
l'autonomie du peuple kurde a commencé en 1984. 
    Par exemple, dimanche, l'armée a annoncé la mort de 25 
combattants du PKK à Nusaybin, ville à la frontière syrienne 
sous couvre-feu permanent depuis le 14 mars, Sirnak et Yuksekova 
lors des affrontements du week-end. 
    Il n'est pas possible de vérifier de façon indépendante les 
chiffres donnés par Erdogan. L'agence Anatolie ne dit pas s'ils 
comprennent les frappes aériennes de l'armée de l'air turque sur 
les camps du PKK dans le nord de l'Irak. 
    Ces dernières années, l'armée turque estimait les forces 
combattantes du PKK a environ 5.000 personnes, en comptant à la 
fois les rangs de la guérilla dans les campagnes turques et dans 
le nord de l'Irak. 
    Au sein des services de sécurité, on souligne que c'est le 
YDG-H qui a subi les pertes les plus lourdes depuis juillet. Par 
ailleurs, ajoutent certains analystes, le PKK continue à attirer 
de nouveaux combattants en grand nombre. 
    Selon un bilan fourni par le Parti démocratique des peuples 
(HDP), formation politique turque pro-kurde sur laquelle se 
porte l'essentiel du vote kurde, quelque 500 civils ont 
également été tués dans les opérations militaires depuis 
juillet. Ce chiffre n'a pu non plus être recoupé. 
 
 (Seyhmus Cakan; Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jfvl il y a 9 mois

    Après les Arméniens l'épuration ethnique du 21eme siècle a commencé.