Plus de 300 migrants africains portés disparus en Méditerranée

le
1
Plus de 300 migrants africains portés disparus en Méditerranée
Plus de 300 migrants africains portés disparus en Méditerranée

Pendant que 29 migrants mouraient de froid en pleine tempête dimanche au large de la Libye, quelque 300 autres partis en même temps ont disparu en mer, selon le récit de neuf survivants arrivés mercredi matin sur l'île italienne de Lampedusa. Selon le Haut-commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR) et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), quatre bateaux pneumatiques sont partis samedi d'une plage à 15 km de Tripoli en Libye. Chacun emportait plus d'une centaine de migrants venus d'Afrique sub-saharienne, essentiellement des hommes mais aussi des adolescents.

Les passagers du premier bateau, secourus dimanche par les gardes-côtes italiens, sont arrivés lundi à Lampedusa, mais 29 étaient morts de froid. Et mercredi matin, les gardes-côtes ont déposé à Lampedusa neuf nouveaux survivants recueillis, probablement lundi, par un navire commercial. Deux d'entre eux se trouvaient sur le deuxième bateau et sept sur le troisième.

New details about tragedy in the #Mediterranean: 4 rubber dinghies. Tagged from 1 to 4. One is missing. At least 300 hundred have died.-- Carlotta Sami (@CarlottaSami) 11 Février 2015

Contraints d'embarquer sous la menace. Selon leur récit, l'un a chaviré et l'autre s'est dégonflé et a coulé, et leurs 203 compagnons de voyage se sont noyés. En l'absence de la moindre nouvelle du quatrième bateau, l'OIM et le HCR considèrent que ses passagers aussi sont portés disparus, compte tenu de la tempête qu'ils ont subie. «Ils étaient environ 420 au départ, on peut donc estimer le total des victimes à quelque 330», a déclaré Flavio di Giacomo, porte-parole de l'OIM en Italie.

Le HCR et l'OIM dénoncent l'absence de scrupules des trafiquants, qui ont obligé les migrants à partir en dépit du mauvais temps qui sévissait déjà samedi et a tourné dimanche à la tempête. «Ils les ont contraints à embarquer, sous la menace de pistolets et de bâtons, après les avoir dépouillés de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Alexccar le mercredi 11 fév 2015 à 14:52

    L'envahissement continue alors!