Plus de 3% en moins pour les prix du gaz le 1er mars

le , mis à jour le
0

Bonne nouvelle pour les consommateurs: les tarifs réglementés de GDF Suez vont baisser de 3,46% en moyenne le 1er mars. Les prix du gaz sont traditionnellement révisés tous les mois. Ils avaient déjà baissé en février.

Les bonnes nouvelles se poursuivent sur le front des prix du gaz pour le consommateur. Les tarifs réglementés appliqués par GDF Suez à 7,4 millions de foyers se chauffant au gaz vont baisser de 3,46% en moyenne le 1er mars prochain par rapport au barème en vigueur au mois de février. Le 1er février dernier, les prix du gaz avaient déjà diminué en moyenne de 1,27%.

La baisse est ainsi de 1,2 % pour ceux qui n'utilisent le gaz que pour la cuisson, de 2,2 % pour ceux qui en font un double usage cuisson et eau chaude et de 3,5 % pour les foyers qui se chauffent au gaz.

Cette évolution favorable au consommateur s'explique au premier chef par la baisse des coûts d'approvisionnement du fournisseur: les prix du gaz sont indexés pour partie sur les cours du pétrole, qui ont subi une véritable dégringolade depuis quelques mois, perdant près de 50%. Le bon niveau d'approvisionnement en gaz sur les marchés et les prix du gaz naturel liquéfié en Asie en un fort recul, sont aussi responsables de cette baisse souligne la Commission de régulation de l'énergie (CRE) qui publie ces chiffres ce mardi.

Les prix avaient augmenté de 1,8% au 1er janvier

À noter toutefois qu'au 1er janvier 2015, les prix du gaz avaient augmenté de 1,8%. Pourtant, la stricte application de la formule aurait dû se traduire par une baisse de 0,6% des tarifs réglementés. Mais c'était sans compter sur le doublement de la taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel (TICGN), révisée traditionnellement en début d'année. Précision: cette taxe s'applique à tous les opérateurs, et pas seulement aux tarifs de GDF Suez. À l'arrivée, ces majorations avaient donc entraîné une augmentation au 1er janvier.

Depuis le 1er janvier 2014, les tarifs ont diminué de 7,3% en moyenne.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant