Plus de 3.300 perquisitions sous l'état d'urgence

le
0
PLUS DE 3.300 PERQUISITIONS ADMINISTRATIVES SOUS L'ÉTAT D'URGENCE
PLUS DE 3.300 PERQUISITIONS ADMINISTRATIVES SOUS L'ÉTAT D'URGENCE

PARIS (Reuters) - L'état d'urgence s'est traduit depuis les attentats du 13 novembre à Paris par 3.336 perquisitions administratives, 344 gardes à vue et l'assignation à résidence de 400 personnes, a annoncé mardi le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

Il a souligné lors de l'examen au Sénat de la deuxième loi de prorogation de l'état d'urgence pour une durée supplémentaire de trois mois que "plusieurs mois après les actes terroristes du 13 novembre, ce péril n'a pas disparu".

Dans la matinée, le Premier ministre, Manuel Valls, avait même estimé la menace "sans doute encore plus importante qu'avant le 13 novembre", date des attentts qui ont fait 130 morts.

Bernard Cazeneuve a précisé que les perquisitions administratives avaient permis la saisie de 578 armes, dont 220 armes longues, 169 armes de poing, 42 armes de guerre, notamment.

Le ministre de l'Intérieur a reconnu que certaines perquisitions n'avaient pas été accomplies "avec le discernement qui aurait dû pourtant présider à leur mise en oeuvre ou même à leur choix". Il a cité une perquisition "injustifiée" dans une ferme biologique du Périgord le 24 novembre.

Au 2 février, 563 procédures judiciaires ont été ouvertes, dont 28 sous la qualification terroriste, dans leur grande majorité pour apologie du terrorisme.

"Si l’on s’en tenait au seul chiffre des procédures ouvertes sous la qualification terroriste, le bilan pourrait sembler modeste", a-t-il dit. "Mais ce serait une erreur de méthode que de s’arrêter à ce décompte pour évaluer l’utilité des perquisitions effectuées", a-t-il ajouté, précisant qu'elles avaient une vocation "préventive".

Bernard Cazeneuve a précisé que sur 400 assignations à résidence prononcées, 290 étaient toujours en vigueur, "dont 83% concernent des individus surveillés par nos services de renseignement".

Enfin, 45 mosquées et salles de prière ont fait l'objet d'une perquisition administrative et dix ont été fermées.

(Gérard Bon, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant