Plus d'internet en Corée du Nord, victime d'une éventuelle cyberattaque

le
0
Plus d'internet en Corée du Nord, victime d'une éventuelle cyberattaque
Plus d'internet en Corée du Nord, victime d'une éventuelle cyberattaque

Les connexions internet nord-coréennes étaient interrompues lundi par une panne géante, ont indiqué des experts en informatique suggérant que le pays communiste était peut-être la cible de représailles américaines après l'attaque informatique récente de Sony.La paralysie intervient quelques jours seulement après la promesse du président américain, Barack Obama, de représailles américaines après la cyberattaque massive de Sony imputée vendredi par le FBI à Pyongyang.Dyn Research, une société basée aux Etats-Unis spécialisée dans la cybersécurité, estime qu'il pourrait s'agir d'une éventuelle attaque."En général, on détecte de courtes interruptions (depuis la Corée du Nord), mais jamais de problèmes continus de connexion. Je ne serais pas surpris qu'ils soient en train d'encaisser une attaque à l'heure actuelle", a expliqué Doug Madory, chargé des questions internet chez Dyn Research.Au département d'Etat, la porte-parole adjointe, Marie Harf, a dit ne pas être en mesure de commenter les informations sur les problèmes de connexion internet rencontrés par la Corée du Nord.L'administration Obama "examine une série d'options" pour répondre à la cyberattaque, a-t-elle poursuivi."Parmi nos réponses, certaines seront visibles, d'autres pas", a conclu Mme Harf.Washington a toutefois estimé lundi que la Corée du Nord devait admettre sa responsabilité et dédommager les studios Sony Pictures."S'ils veulent aider dans cette affaire, ils (les Nord-Coréens, ndlr) devraient admettre leur culpabilité et dédommager Sony", a indiqué à la presse Marie Harf.Barack Obama avait estimé lors d'un entretien diffusé dimanche sur CNN qu'il "ne pensait pas que cela ait été un acte de guerre. Je pense que c'est un acte de cyber-vandalisme qui a été très coûteux". Il s'était engagé à apporter une réponse "proportionnée" à cette attaque, sans toutefois en préciser la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant