Plus belle la vente, épisode 2

le
0
Plus belle la vente, épisode 2
Plus belle la vente, épisode 2

La vente de l'OM semble être chose faite, et quelques poignées de main avec un Américain dans un hôtel et une conférence de presse tapageuse avec le maire auront donc suffit pour mettre un terme au roman. Vraiment ? " On est vraiment rien sans elle, qu'on soit noir ou blanc. Si on tend la main pour elle, la vente est plus belle... ". C'est l'épisode 2.

Starring :


La Reine Marga' – Margarita Louis-Dreyfus
Le Forain – Gérard Lopez
Hollywood Franck – Franck McCourt
L'Éternel – Jean-Claude Gaudin
Loco 'Celo – Marcelo Bielsa
Coach K-rter – Kyril Louis-Dreyfus
Le Turfeur d'argent – Jacques-Henri Eyraud
Don Vincenzo – Vincent Labrune
La Dominiquette – la femme de ménage

Dans les épisodes précédents :


" Ho ! Ho ! Allez, dans ta cage ! Non, pas par là ! ". Un coup de fouet résonne soudain dans l'air. Vif, sec, et qui vient claquer à quelques centimètres des fesses du tigre récalcitrant. Avec la démarche fatiguée et l'oeil terne des grands animaux abîmés par une vie de captivité, le félin se faufile difficilement dans sa cage trop petite. Finalement allongé dans une paille de mauvaise qualité, il contemple de son regard triste ce terrain vague de la périphérie marseillaise qui lui servira de domicile ce soir. Assommé par le soleil, le Forain peut enfin essuyer son visage ruisselant de sueur. Et dire qu'il y a encore une semaine, tout le monde en ville le prenait pour le libérateur. Il se voyait déjà parader sur le Vieux Port avec le torse bombé, chemise ouverte jusqu'au milieu du torse. Son mois d'août 1944 à lui. En bon forain qu'il est, il avait toujours su magouiller, profiter des zones d'ombre, et se donner à fond dans la roublardise. Son spectacle miteux, avec son tigre maigre et maladif, son clown dépressif et alcoolique, ses quelques numéros de jonglage à peine dignes de mendiant de feux rouges et ses jeux truqués pour soutirer des pièces aux gogos, voilà quelques années qu'il le trimballait aux quatre coins de la France.

Calcul diabolique de Perdican


Dans chaque ville dans laquelle il passait, c'était le même manège. Il montait dans sa Citroën ZX année 1997, allumait son haut-parleur, et paradait dans les rues en hurlant dans le micro, l'enceinte trop vieille posée sur le toit vomissant sa voix rauque : " Le grand cirque Lopez est arrivé ! Des fauves, du feu, du fou ! Lopez, le cirque qui pèse, c'est ce soir à 20 heures, juste après le sens giratoire du Leroy-Merlin ". Il…













Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant