Plongée dans le Nord-Pas-de-Calais - Picardie ravagé par le chômage

le , mis à jour à 10:37
2
Plongée dans le Nord-Pas-de-Calais - Picardie ravagé par le chômage
Plongée dans le Nord-Pas-de-Calais - Picardie ravagé par le chômage

« Toute  personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage », dit l'article 23 de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Près de soixante-dix ans ont passé depuis l'énoncé de ce grand principe. Le chômage est devenu l'un des grands maux du siècle, auquel les responsables politiques successifs se heurtent. Fin 2015, il touchait 10 % de la population active en France. Si la hausse du nombre de chômeurs avait bien entendu débuté avant le quinquennat de François Hollande, celui-ci a conditionné sa candidature à un second mandat à l'inversion « durable » de cette tendance. Les chiffres de mars 2016 — une baisse mensuelle jamais vue depuis 2000 — lui donnent quelques espoirs.

A LIRE AUSSI

>ANALYSE. Le plan de Xavier Bertrand pour booster l'emploi

>FOCUS. La success story d'une usine d'enveloppes

>TEMOIGNAGES. «Que ce soit la gauche, la droite, le FN, c'est irréversible»

Nous sommes allés dans la région Nord-Pas-de-Calais - Picardie, à la rencontre de ceux qui vivent cette réalité au quotidien. Derrière les chiffres, ce sont des vies fracassées. « Si on ne travaille pas à 30 ans, on sert à quoi ? » dit tristement Sihem, croisée à la sortie de l'agence Pôle emploi de Roubaix (Nord). La jeune femme de ménage, qui ne trouve pas d'emploi stable, raconte le téléphone qui ne sonne pas, l'isolement, la déprime. Comme beaucoup, elle n'a guère d'espoir que les responsables politiques, quels qu'ils soient, parviennent à enrayer ce fléau. Pourtant, le nouveau président (les Républicains) de la région, Xavier Bertrand — comme avant lui l'ancien vice-président PS du conseil régional, Pierre de Saintignon —, a fait de l'emploi sa priorité.

La nouvelle grande région Nord-Pas-de-Calais - Picardie (qui devrait changer de nom pour s'appeler Hauts-de-France) est la plus durement touchée ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mucius il y a 7 mois

    "Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage". A condition que le salaire puisse être négocié librement sans contrainte de type SMIC, droit du travail etc... Sinon chomedu proportionnel aux contraintes...

  • glitzy il y a 7 mois

    Aux Etats-Unis, ils bougeraient vers une autre région où il y a des emplois (IDF, Sud, Londres ?), parce qu'ils n'auraient pas le choix. En France, ils se bercent d'illusions et restent dans une dépendance à l'état social dont ils ne veulent pas mais qui leur permet de rester dans une sorte d'expectative végétative. Bien adapté à des accidents de vie individuels, le traitement social du chômage devient à un niveau structurel régional une sorte de morphine sociologique. Ce n'est que mon opinion.