Plongée dans le collège qui a inspiré la réforme

le
0
Plongée dans le collège qui a inspiré la réforme
Plongée dans le collège qui a inspiré la réforme

Bordeaux (Gironde)

De notre envoyée spéciale

Vous avez dit décrochage scolaire ? Le mot n'existe pas à Clisthène. Ce collège expérimental implanté dans un quartier populaire de Bordeaux, cerné de barres HLM, met au point depuis douze ans la formule d'un enseignement alternatif. Ses méthodes ont le bon goût de ne pas coûter un centime. Elles ont inspiré la réforme de Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l'Education nationale. Les quatre classes passeront bientôt à huit pour répondre à la demande des habitants du quartier qui veulent y scolariser leurs enfants.

Le travail en équipe, base de tout

Ici, aucun panneau n'interdit l'accès de la salle des profs aux étrangers. A midi, des bandes d'ados glissent une tête curieuse pendant que les adultes font réchauffer leurs pâtes en parlant boulot. « Le travail en équipe est la base de tout », répète Pierre-Jean Marty, le coordonnateur du lieu. Profitant de son statut expérimental, le collège déroge aux textes officiels selon lesquels un enseignant effectue dix-huit heures de cours par semaine (et autant de préparation).

« Ici, nous donnons un peu moins de cours. Nous faisons treize heures et cela nous laisse dix heures pour des réunions, du tutorat d'élèves ou d'autres missions ponctuelles. » Résultat pour les élèves : moins de cours magistraux, mais davantage de présence des enseignants toute la journée. « C'est trop chiant, soupire le provocateur en chef des 3 e. Les profs sont tout le temps sur notre dos à vouloir s'occuper de nous... »

Des projets où se mêlent toutes les matières

Cinq semaines par an, les maths, le français ou la géo disparaissent carrément de l'emploi du temps au profit des semaines interdisciplinaires où tout le monde travaille sur un projet commun. Cette semaine, les 6 e ont planché sur le polar. Ils devaient élucider « l'affaire Elias Jones » imaginée bénévolement par des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant