Plaza Colonia, le Leicester uruguayen

le
0
Plaza Colonia, le Leicester uruguayen
Plaza Colonia, le Leicester uruguayen

Pour la première fois de l'histoire du championnat uruguayen, un club qui se situe hors de la capitale Montevideo est sacré champion d'Uruguay. Une énorme prouesse pour Plaza Colonia qui, il y a encore 18 mois, était en seconde division avant de remporter ce week-end le Tournoi de Clôture uruguayen sur le terrain du Penarol. Immersion au cœur du football populaire, le vrai.

Après avoir observé de loin l'exploit retentissant de Leicester en Angleterre, l'Amérique du Sud tient elle aussi son improbable histoire. Depuis la capitale argentine, Buenos Aires, il ne faut pas aller chercher très loin pour aller à l'encontre de cette dernière. A peine 50 bornes en coupant le Rio de la Plata pour rejoindre la paisible ville de Colonia Del Sacramento en Uruguay. Dans cette citée pittoresque, plus touristique que footballistique, se trouve le club de Plaza Colonia, surnommé " El patablanca " - en VF "patte blanche" dû a son équipement historique. Résidant habituellement au stade Juan Prandi, nom du fondateur de Plaza Colonia le 22 avril 1917, avec une capacité de 2 500 spectateurs, les récents résultats sportifs ont amené le club à déménager au stade Alberto Supicci qui compte quant à lui 15 000 places se trouvant en plein cœur du centre historique au bord du Rio de la Plata. C'est ici, que " el patablanca " accompagné de ses 800 socios, à l'instar des hommes de Claudio Ranieri, a écrit l'une des plus belle page du football uruguayen. Similitudes avec le dernier champion d'Angleterre ? Un paquet, et Colonia a su en jouer.

Une ascension fulgurant et un goleador argentin qui s'occupe du chien


" Putain, il nous a mis la pression Ranieri avec ce titre ! On en a même fait un tweet du coup ". C'est avec ces mots qu'Emilio Fernandez, Président de Plaza Colonia, nous reçoit au siège de l'institution qui se situe sur l'avenue principale d'une ville qui compte 25 000 âmes où le temps semble être arrêté au milieu d'une fusion d'architecture espagnole et portugaise post-coloniale. " On n'était pourtant pas promis à cela. Imaginez vous que l'on connaît le football au niveau professionnel que depuis 1999. Avant, on participait juste à la Liga de Futbol de Colonia. En 2000, nous avons évolué pour la première fois de notre histoire en seconde division et nous sommes montés de suite en première division avec Diego Lugano dans l'axe. Nous sommes restés jusqu'en 2005 dans l'élite et ensuite ce fut la descente aux enfers " lâche l'homme au béret sur la tête montrant un cadre de " l'équipe de l'année 2000 " en pointant du doigt l'ex-Parisien. " En 2005, après des problèmes institutionnels, on dépose le bilan. Ce qui fait que nous n'avons pas pu présenter d'équipe en 2006. Nous avons ensuite effectué…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant