Play-offs NBA : Enfin l'heure de LaMarcus Aldridge ?

le
0

La défaite subie par les San Antonio Spurs lors du Game 2 ne doit pas pour autant éclipser les performances individuelles réalisées par LaMarcus Aldridge depuis deux matchs.

LaMarcus Aldridge est chaud bouillant. L’intérieur des Texans a été très performant lors des deux derniers matchs (38 et 41 pts) et cela laisse penser que l’ancien joueur de Portland s’épanouit enfin pleinement dans le collectif des Spurs. Si le premier tour contre les Memphis Grizzlies avait tout du tour de chauffe, la confrontation contre OKC est d’un autre calibre. Et ce sont pour des matchs comme ça que LMA a signé cet été à Fort Alamo. Car, après neuf saisons passées dans l’Oregon, l’intérieur de 30 ans ne voulait qu’une seule chose : la possibilité de jouer le titre de champion NBA chaque année. Natif de Dallas, l’ancien Blazer aurait pu rejoindre les paillettes d’Hollywood sous la tunique des Lakers, le soleil de South Beach du Miami Heat ou même l’Arizona des Suns de Phoenix. Mais, le colosse (2,11m) a préféré retourner dans son Texas natal et la discrétion qui caractérise si bien cette ville de San Antonio.

Dur de se faire une place entre tous ces noms

Il faut dire que la franchise est considérée comme favorite au trophée Larry O’Brien depuis presque vingt ans. Les premiers matchs de la série contre le Thunder nous permettent de revoir le joueur de Portland à son niveau même si l’association Duncan-Aldridge, qui faisait tant saliver au moment de la signature, a mis du temps à se mettre en place. Avec un Big Three (Duncan-Ginobili-Parker) qui se connait depuis maintenant quinze ans, dur de se faire une place de leader offensif surtout avec l’éclosion de Kawhi Leonard. Un rôle de « lieutenant » qui ont vu ses stats diminuer par rapport à ses années Blazers (18 pts, 8,5 reb, 1,5 passes cette saison contre 23,4 pts, 10,2 reb, 1,7 passes l’année dernière). Si les lignes restent correctes pour un All Star comme Aldridge, les difficultés ont été nombreuses comme il le déclarait en décembre 2015 au San Antonio Express News : « Je ne pensais pas que ça serait aussi difficile. Mais c’est de mieux en mieux chaque jour. »

Les play-offs comme déclic

Car, il a surtout fallu que le nouveau venu mette de côté son statut d’All Star dans une équipe où le collectif prime avant tout le reste. Et comme il l’avoue lui-même, plus les semaines passent, plus il se fond dans l’effectif et prend une importance plus grande sans faire de bruit. Depuis la fin du « All Star break », le Texan de 30 ans flirte avec les 20 points de moyenne. Une montée en puissance qui s’est confirmée lors des deux premiers matchs contre la bande à Durant et Westbrook. Jugez-en par vous-même : 33/44 au tir dont un 18/23 sur le premier match qui place son pourcentage (78,3%) en troisième position de l’histoire des play-offs (minimum 20 tirs tentés) derrière Mike Mitchell (81%) et Elton Brand (81,8%). Un exploit qui lui a valu les louanges de son coéquipier dans la raquette, Tim Duncan : « C’était un de ces soirs où il a fait une incroyable performance dans tous les domaines, a avoué le pivot loin d’être à son niveau lors du Game 2 au San Antonio Express News. Il a été patient avec ses moves au poste. Il a mis ses shoots. Il a bien lu le jeu. Ils vont changer le plan de jeu sur lui et va être prêt pour ça. Nous allons tous l’être. » Il faudra bien ça aux joueurs de Gregg Popovich s’ils veulent ramener au minimum une victoire d’Oklahoma car LMA ne pourra pas tout faire seul.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant