Platini se paie encore Blatter

le
0
Platini se paie encore Blatter
Platini se paie encore Blatter
Réélu mardi à la tête de l'UEFA, Michel Platini n'a pas manqué l'occasion d'égratigner une nouvelle fois Sepp Blatter. Avant peut-être de prendre sa place dans quatre ans.

Entre Michel Platini et Sepp Blatter, il n'est plus question de faire semblant. Même si les deux hommes ont déjeuné ensemble mardi midi lors du congrès de l'UEFA, qui a vu le Français être réélu à la tête de l'instance européenne, la hache de guerre est déterrée depuis longtemps. Et la décision du Suisse (79 ans) de briguer un cinquième mandat à la présidence de la FIFA n'a pas vraiment apaisé les tensions. « Je ne sais pas qui je soutiens pour l'élection du 29 mai mais je peux vous dire quel est le candidat que je ne souhaite pas voir gagner, a ainsi lancé Platini dans les colonnes de L'Equipe. Il est temps d'avoir de l'air frais dans la gouvernance de la FIFA. Mais le match n'est pas facile à gagner. »

Opposé à Michael van Praag (président de la Fédération néerlandaise), Luis Figo et le prince Ali de Jordanie, Sepp Blatter ne pourra pas compter sur le soutien massif des Européens, qui ont déjà affirmé leur opposition à la candidature du Suisse. « Je ne suis pas le capitaine d'un navire en pleine tempête qui s'accroche à la barre coûte que coûte », a ainsi relevé Platini. Des critiques qui sont venues s'ajouter à celles des autres candidats à la présidence de la FIFA. « On peut faire mieux, beaucoup mieux », a ainsi sobrement estimé Luis Figo. « La FIFA doit en finir avec son fonctionnement autoritaire », a pour sa part lancé le prince Ali de Jordanie. Quant à Michael van Praag, il a dénoncé le « népotisme, la corruption, les pots-de-vin et les gaspillages ». Trois adversaires de Sepp Blatter qui étaient également invités au congrès de l'UEFA. Pas la peine de demander pourquoi...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant