Plastique : la France doit améliorer le recyclage des emballages

le
3
Dans le recyclage d'emballages, la France se trouve en queue de peloton européen avec un pourcentage de 25,4%. (auremar/shutterstock.com)
Dans le recyclage d'emballages, la France se trouve en queue de peloton européen avec un pourcentage de 25,4%. (auremar/shutterstock.com)

(AFP) - La France doit améliorer le recyclage d'emballages en plastique pour quitter le bas du classement de l'Union européenne (UE) et développer les capacités nationales d'utilisation du plastique comme combustible, a indiqué vendredi une étude de PlasticsEurope, la fédération européenne du secteur.

"La France peut encore faire des efforts", a souligné Michel Loubry, le directeur général de PlasticsEurope pour l'Europe de l'Ouest, lors d'une conférence de presse à l'occasion de la présentation d'une étude réalisée par les producteurs européens de matières plastiques.

Dans le recyclage d'emballages, la France se trouve en queue de peloton avec un pourcentage de 25,4%. Il n'y a que la Finlande et Malte qui ont des taux moins élevés. En revanche, la République tchèque et l'Allemagne caracolent loin devant avec 52,1% et 47,5%, respectivement.

Avec 21,4% de recyclage des matières plastiques en général, la France se trouve également en-dessous de la moyenne européenne de 29,6%, "mais il y a des éléments positifs qui nous laissent penser que le pays est capable de monter dans ce classement", a assuré M. Loubry.

Le directeur général de PlasticsEurope est convaincu que la Loi de transition énergétique et la parution du décret sur le tri à la source des déchets industriels et commerciaux vont renforcer la tendance dans l'Hexagone. L'extension de consignes de tri devrait également favoriser le recyclage.

M. Louby est toutefois convaincu que le recyclage n'est pas le seul objectif. "La valorisation énergétique à haut rendement est préférable à un recyclage de médiocre qualité", affirme le responsable, qui table sur une répartition de 40% pour le recyclage et de 60% pour la "valorisation énergétique", soit l'utilisation du plastique comme combustible.

Dans cette perspective, M. Loubry prône "la nécessité de maintenir les capacités nationales d'incinération et de les compléter par des capacités de production et de consommation" de combustible solide de récupération (CSR), utilisables notamment dans les cimenteries.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • faites_c le vendredi 6 nov 2015 à 17:23

    Manifestement l'Allemagne avec ses incinérateurs et ses centrales thermiques (sans compter les tricheries de ses producteurs de voiture sur les émissions de gaz) n'en a rien à faire des émissions de gaz à effets de Serre mais est tout à fait d'accord pour limiter les émissions des autres pays!!!

  • faites_c le vendredi 6 nov 2015 à 17:21

    "Dans cette perspective, M. Loubry prône "la nécessité de maintenir les capacités nationales d'incinération " Politiquement incorrect au moment de la COP 21. La combustion des plastiques génère surtout du CO2 et des oxydes d'azotes qui polluent et augmente d'après les pseudos spécialistes du GIEC la température à la surface du globe par effet de serre. D'après les mêmes spécialistes du GIEC il vaudrait mieux enfouir les déchets plutôt que les incinérer!

  • er3dw le vendredi 6 nov 2015 à 15:52

    trier ces poubelles ne sert strictement à rien puisque "l'impôt" poubelle est fonction de la taxe foncière. Dénonçons nominativement avec leur photos les individus (politiques) qui maintiennent cette aberration