Plantes en pot : le chrysanthème en tête

le
0
Un marché de plus de 170 millions d'euros dont les ventes se concentrent essentiellement autour de la Toussaint.

Un symbole qui ne prend pas de rides. Cette année encore, le chrysanthème sera la plante qui fleurira le plus les tombes au moment de la fête de la Toussaint. Une fleur qui est au 1er novembre, ce que le muguet est au 1er mai pour la fête du Travail. Blancs, jaunes ou mordorés, en formes de petits pompons, de grosses boules ou alvéolées, il y en aura pour tous les goûts et les couleurs. «Pour les catholiques, fleurir les tombes est un acte qui exprime la résurrection des morts», indique le père Antoine de Vienne, vicaire à Saint-Christophe de Javel à Paris. Mais au-delà de la symbolique, le chrysanthème représente un marché juteux. «Les Français achètent 23,5 millions de pots de chrysanthèmes par an pour un montant de 172,4 millions d'euros», selon les résultats du panel TNS Sofres, pour le compte de FranceAgriMer. D'après cette étude qui mesure les achats des particuliers en végétaux d'ornement, c'est d'ailleurs, la plante en pot fleurie préférée des français, avec 23 % des pots achetés en 2009, loin devant les orchidées, 12,1 %. Mais en valeur, les orchidées, plus chères, représentent 22,3 % des sommes dépensées (191,2 millions d'euros) contre 20,1 % pour les chrysanthèmes. «C'est une fleur accessible. La moitié des chrysanthèmes coutent moins de 6 euros et peuvent aller jusqu'à 15 euros pièce», fait remarquer Robert Farcy, président de la Fédération nationale des fleuristes de France. C'est un marché très stable. Le chrysanthème, reine des fleurs au Japon, est toujours de mode en France. Cette fleur de saison résiste le mieux au gel», poursuit le responsable. Quant au lieu de production, peu sont importés, puisque 23 millions de chrysanthèmes en pots proviennent de France chaque année. Le Nord-Pas-de-Calais est sur la première marche du podium, suivi des Pays de la Loire, de Rhône-Alpes, et de la Bretagne.

Concernant la distribution, «le marché des chrysanthèmes présente la particularité d'avoir une répartition des achats selon les lieux d'achat beaucoup plus homogène que l'ensemble du marché des végétaux d'intérieur», indique Robert Farcy. Les principaux lieux d'achat des chrysanthèmes ont été la grande distribution ou les jardineries avec le tiers des volumes et le quart des sommes dépensées, suivi des horticulteurs (16,2 % des volumes et 17,1% des sommes) et des fleuristes en boutiques (15,7 % des volumes et 21,1% des sommes). Mais pour ces derniers, mieux vaut avoir son commerce près d'un cimetière. La saisonnalité de cette fleur est très courte et son usage quasi unique en France, alors que c'est la reine des fleurs au Japon. Plus de 94% des chrysanthèmes sont achetées pour de la Toussaint et 98% des cas fleurir les cimetières. Les cyclamens ou les bruyères même s'ils fleurissent plus longtemps font pale figure pour cette occasion avec respectivement 8 % et 4,8 % des sommes dépensées. Ainsi, ce 1er novembre, Robert Farcy situé en plein centre ville de Nice loin des cimetières, au Silver Flore, fermera boutique.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant