« Planetarium » : les fantômes traversent l'écran

le
0
Les sœurs Barlow: Kate (Lily-Rose Depp) et Laura (Natalie Portman).
Les sœurs Barlow: Kate (Lily-Rose Depp) et Laura (Natalie Portman).

En racontant l’histoire de deux médiums, Rebecca Zlotowski évoque les sombres années 1930 en France.

L’avis du « Monde » : à ne pas manquer Dans le paysage relativement cérébral et distancié du cinéma français, on avait d’emblée noté l’intérêt de Rebecca Zlotowski pour les corps en surchauffe. Une puissance physique, ajoutée à un romantisme noir, donne à ses films une énergie singulière, sans renoncer pour autant à l’intellectualité. On se souvient de Prudence Friedmann, adolescente brûlante de solitude rôdant la nuit près du circuit clandestin de Rungis (Léa Seydoux dans Belle Epine, 2010), ou de la passion irradiée des prolos Gary et Karole sous l’œil atomique d’une centrale nucléaire (Tahar Rahim et Léa Seydoux dans Grand Central, 2013).

Le troisième long-métrage de la Parisienne de 36 ans, agrégée de lettres et diplômée de la Fémis, porte encore plus haut ses ambitions. Casting international et film d’époque, plongée médiumnique et montée des périls, délire politique et illusion cinématographique, métaphore enfin, sourdement étoilée, d’une menace qui semble de nouveau inquiéter le temps présent.

On est dans le Paris de la fin des années 1930. Les sœurs Barlow, Laura (Natalie Portman) et Kate (Lily-Rose Depp), médiums américaines, se produisent dans un spectacle de spiritisme. Un puissant producteur de cinéma, André Korben (Emmanuel Salinger), qui les a remarquées sur scène, les fait venir chez lui pour des séances privées, avant de les persuader de participer à un film, qu’il ruine en mettant au point une caméra susceptible, croit-il, de filmer la présence des morts.

...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant