Plan de paix pour l'Ukraine : les désaccords à surmonter

le
0
Plan de paix pour l'Ukraine : les désaccords à surmonter
Plan de paix pour l'Ukraine : les désaccords à surmonter

Les diplomates européens, russes et ukrainiens travaillent d'arrache-pied à l'élaboration d'un texte qui servira de matrice à leurs dirigeants pour un plan de paix à négocier au cours du sommet de Minsk prévu mercredi et qui vise à mettre fin à dix mois de guerre.

Tout en insistant sur les accords de paix de Minsk signés par tous en septembre mais très peu respectés, l'Allemagne et la France, parrains du processus, ont proposé un plan de paix «de la dernière chance», présenté jeudi à Kiev et vendredi à Moscou, dont les détails n'ont pas été dévoilés.Selon une source diplomatique française, les «négociations sont difficiles» et «achoppent sur plusieurs sujets» litigieux avant la rencontre au Bélarus entre François Hollande, Angela Merkel, Vladimir Poutine et Petro Porochenko.

Cessez-le-feu. C'est le point le plus urgent, celui sur lequel, en théorie, tout le monde est d'accord. Mais sa mise en oeuvre est compliquée. Qui posera les armes en premier? Concrètement, les rebelles et Moscou réclament de Kiev le retrait de leurs soldats et la reprise immédiate du financement des territoires séparatistes interrompu en novembre, comme préalable à une détente.Pour sa part, Kiev exige que le cessez-le-feu s'accompagne de la fermeture des 400 kilomètres de frontière russo-ukrainienne passés ces derniers mois sous contrôle séparatiste.

Contrôle de la frontière. Kiev veut récupérer le contrôle de sa frontière avec la Russie sur la portion sous contrôle rebelle, conjointement avec l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe).Mais Moscou refuse d'en parler, affirmant que Kiev doit négocier ce point directement avec les rebelles. «La logique de Poutine consiste à contraindre Kiev à négocier avec les rebelles pour montrer qu'il s'agit d'une guerre civile», explique une source gouvernementale ukrainienne. L'Ukraine a fini par proposer de placer des observateurs de l'OSCE du côté russe de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant