Plan d'économies : Valls soigne les radicaux de gauche

le
0
Plan d'économies : Valls soigne les radicaux de gauche
Plan d'économies : Valls soigne les radicaux de gauche

Une courte majorité, une aile gauche frondeuse... La marge de manoeuvre du gouvernement, en vue de l'adoption du plan d'économies de 50 Mds d'? par l'Assemblée le 29 avril, est étroite. Résultat, les radicaux de gauche apparaissent plus que jamais comme des alliés incontournables. C'est que, sans les écolos et peut-être une partie des députés socialistes, les voix du groupe RRDP seront indispensables à l'exécutif.

Manuel Valls ne s'y est pas trompé : il recevra, mercredi à Matignon, une délégation du groupe radical qui souhaite une inflexion du plan d'économies sur le gel des petites retraites. Le Premier ministre se rendra également à la réunion hebdomadaire du groupe à l'Assemblée nationale. 

«Une démarche positive»

«Cette concertation directe du gouvernement avec les groupes parlementaires de la majorité constitue une démarche positive qui peut être susceptible de dégager des solutions de conciliation entre les points de vue respectifs», s'est félicité Roger-Gérard Schwartzenberg, chef de file des radicaux de gauche à l'Assemblée, dans un communiqué.

L'heure est aux grandes manoeuvres. Pour preuve, des députés socialistes membres de la commission des finances de l'Assemblée, travaillent, révèle «Le Monde» ce lundi, à un plan alternatif plus rassembleur qui permettrait d'éviter un «clash» au sein du groupe majoritaire. 

Lienemann redit son opposition

Car rien n'est gagné pour le gouvernement. Ce lundi matin encore, la sénatrice de l'aile gauche du PS, Marie-Noëlle Lienemann, a redit son opposition au plan présenté par Manuel Valls : «Nous ne sommes pas d'accord sur la méthode, la brutalité, les choix...» a-t-elle clamé sur i-télé. Espérant «un dialogue», l'élue a prévenu : «On ne peut pas passer en force contre sa majorité.» Et de rappeler que «des votes négatifs, il y en a déjà eu».

VIDEO. Marie-Noëlle Lienemann sur i-télé

Lienemann : "pas d?accord ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant