Plan d'économies : la France va revenir à son objectif de 21 milliards

le
1
Plan d'économies : la France va revenir à son objectif de 21 milliards
Plan d'économies : la France va revenir à son objectif de 21 milliards

Soit le gouvernement qui présentera son projet de budget 2015 navigue à vue. Soit Bruxelles et le Fonds Monétaire international (FMI) sont venus rappeler à la France qu'elle ne pouvait pas demander à la fois d'abandonner ses objectifs de déficit public et de rogner en même temps sur ses objectifs d'économies ?

 

Il y a une semaine, Michel Sapin avait prévenu que les 21 milliards d'économies pour 2015, votés dans le programme de stabilité adopté par les députés en avril, ne seraient pas possibles à tenir en raison de la faiblesse de l'inflation. Aujourd'hui, selon Les Echos, le gouvernement ferait volte face en décidant de maintenir son plan initial... 

Il y a quelques jours, le ministre des Finances expliquait que «là où, sur une hypothèse d'inflation de 1,5 %, on faisait au-delà de 1 milliard d'économies par le seul gel des prestations, aujourd'hui, ces économies sont remises en cause ». Il ajoutait que le plan d'économies de 50 milliards d'ici à 2017 serait tout de même respecté. Sous-entendu : il faudra faire des efforts supplémentaires en 2016 et 2017.

Pourquoi ce revirement ? «Même si l'inflation est plus faible que prévue, elle ne peut pas être utilisée comme un paravent pour reporter les efforts nécessaires sur la dépense», a lancé en forme d'avertissement Christine Lagarde, présidente du FMI, dans Les Echos.

Par ailleurs, cette reculade va peut-être permettre au gouvernement de négocier avec Bruxelles un nouvel assouplissement dans la réduction du déficit public. D'autant que Manuel Valls a reconnu devant les députés que celui-ci serait supérieur à 4% en 2014 et 2015, bien loin des limites de 3% fixées par Bruxelles. «Ces seuils ont été fixés avant la crise. Et aujourd'hui, il y a une nouvelle situation. On est dans une possible déflation. Il faut en tenir en compte», avait constaté Jean-Christophe Cambadelis, le premier secrétaire du PS.

En attendant, selon Les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.