Plan d'économies de Valls : l'embarras de la droite

le
0
Plan d'économies de Valls : l'embarras de la droite
Plan d'économies de Valls : l'embarras de la droite

Ils sont embarrassés face à un plan d'économies qu'ils ne désapprouvent pas dans toutes ses largeurs. Voilà au moins un point commun entre François Fillon et Jean-François Copé, les co-leaders de l'UMP. Après l'annonce, mercredi, du plan de Manuel Valls, ce n'est pas l'opposition qui a cogné le plus fort, mais les camarades du Premier ministre, et notamment cette fameuse "aile gauche du PS", qui voue aux gémonies une politique d'"austérité" qui inscrit la France dans "la même logique que la Grèce, l'Espagne ou le Portugal". La même politique du rabotEn apparence, les responsables de l'UMP, obligés de jouer le jeu de l'opposition, s'inscrivent globalement dans une posture critique. Mais contrairement à l'aile gauche du PS, le contenu de leurs attaques porte moins sur l'existence des économies proposées que sur leur caractère insuffisant. "Dans la bonne direction, mais peut mieux faire", auraient pu inscrire les professeurs de l'UMP qui réclament - dans l'opposition, cela ne coûte pas cher - 130 milliards d'économies sur l'ensemble du quinquennat. Car, il faut bien l'avouer, le plan Valls s'inscrit dans la droite ligne de la politique proposée pendant l'ère Sarkozy-Fillon : raboter les budgets de l'État pour coller aux objectifs fixés par Bruxelles. Sans rejeter certaines idées comme le gel temporaire des prestations sociales, l'ancien Premier ministre juge, par exemple, dans Le Parisien de ce jeudi que "les leviers du plan sont...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant