Plan d'économies de Valls - Gilles Carrez : "C'est le sauve qui peut !"

le
0
Gilles Carrez déplore le temps perdu en début de quinquennat par l'exécutif.
Gilles Carrez déplore le temps perdu en début de quinquennat par l'exécutif.

Gilles Carrez, député UMP, président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, ne fait pas partie de ces politiques qui critiquent pour critiquer. Il est aussi sévère sur les atermoiements de la droite sous le quinquennat Sarkozy que sur la perte de temps du président Hollande. Il juge, pour Le Point.fr, le programme des 50 milliards d'euros d'économies présenté mercredi par Manuel Valls.Le Point.fr : Cinquante milliards d'euros d'économies, tout cela va-t-il enfin dans le bon sens à vos yeux ?Gilles Carrez : Je ne nie pas qu'il s'agit d'économies. Enfin, l'heure est aux économies et non plus aux hausses d'impôts. Cependant, je ne peux que constater qu'il s'agit d'économies au coup de rabot. Des économies subies et non assumées. Je n'aime pas beaucoup le terme de "réformes structurelles" qui est devenu un refuge sémantique pour tout le monde. Mais prenons un exemple : les retraites.En 2010, la droite repousse l'âge légal de la retraite...Oui, et dès l'arrivée au pouvoir de la gauche, François Hollande revient en partie sur la mesure en permettant aux carrières longues de partir à 60 ans. Ce sont 85 000 départs anticipés à la retraite en 2012 et 150 000 en 2013. Le coût pour la collectivité ? Plusieurs milliards d'euros... Le gouvernement Ayrault, dans le même temps, n'a pas voulu aligner les régimes spéciaux sur le régime général. Résultat : aujourd'hui, on va geler les retraites de 13 à 14 millions...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant