Plan d'aide à la Grèce : Tsipras «confiant» dans la conclusion définitive de l'accord

le , mis à jour à 14:23
3
Plan d'aide à la Grèce : Tsipras «confiant» dans la conclusion définitive de l'accord
Plan d'aide à la Grèce : Tsipras «confiant» dans la conclusion définitive de l'accord

L'accord trouvé entre la Grèce et ses créanciers - Union européenne (UE), BCE, Fonds monétaire international (FMI) et Mécanisme européen de stabilité (MES) - pour un troisième plan d'aide a été déposé au Parlement dans la nuit de mardi à mercredi. Les négociations restent cependant ouvertes, tout n'étant pas réglé pour son approbation politique par les partenaires européens du pays. Le texte mis en ligne sur le site du parlement hellénique contient une liste des réformes qui conditionnent ce nouveau financement sur trois ans, pouvant aller «jusqu'à 86 milliards d'euros» selon le projet de loi.

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras, s'exprimant mercredi pour la première fois depuis la fin des négociations techniques sur ce plan, s'est dit «confiant » dans la conclusion définitive de cet accord. Il a prédit l'échec à «ceux qui auraient un plan caché pour réaménager la zone euro en se servant de la Grèce». De son côté, Steffen Seibert, porte-parole de la chancelière allemande, distribuant les bons points, a loué l'attitude du gouvernement grec, «constructive comme elle ne l'avait pas été depuis longtemps». Berlin a l'intention de prendre position «d'ici la fin de la semaine» sur l'accord conclu mardi, a affirmé mercredi un porte-parole du ministère allemand des Finances lors d'un point presse gouvernemental.

Vers un vote au Parlement jeudi soir

Il reste toutefois aux députés grecs à valider le texte. Le Parlement grec ne précise pas si l'examen en commission débutera ce mercredi, comme le souhaitait le Premier ministre, ou bien jeudi. La présidence du Parlement semblait s'orienter mardi soir vers un début des discussions en commission jeudi matin avec une vote en plénière dans la soirée. Ce calendrier d'urgence vise à permettre le remboursement de 3,4 milliards d'euros à la BCE, le 20 août. Une source européenne a cependant laissé ouverte mardi soir la possibilité de la mise en place d'un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • b.renie le mercredi 12 aout 2015 à 16:38

    Il n'y a aucun financier sensé pour croire que le soutien en question résout le problème de la Grèce.Ce pays est à construire depuis se fondations. Cela exige que les grecs prennent leur responsabilité. Si leur plan est crédible l'Europe peut les aider par des dons et des appuis. Mais c'est au grecs de décider de leur avenir. Donc il faut accepter le Grexit et la perte de nos créances sauf retour à meilleure fortune. Se rappeler les emprunts Ville de Tokyo.

  • freudmar le mercredi 12 aout 2015 à 14:46

    La trahison est consommée !!! Tsipras a livré son Pays aux requins !!!

  • NORDGHAZ le mercredi 12 aout 2015 à 14:38

    il a raison d'etre confiants car ils tient les européens par les ... maintenant c'est eux qu'ils vont proposer plus peut etre que 83 milliards ne suffisent plus on peut te donner plus reporter des echeances ou mieux effacer partiellement ils vont y arriver.