Plan d'aide à la Grèce : la zone euro va débloquer 2,8 milliards

le
0
Plan d'aide à la Grèce : la zone euro va débloquer 2,8 milliards
Plan d'aide à la Grèce : la zone euro va débloquer 2,8 milliards

Le régime sec imposé à la Grèce est correctement suivi. C'est en substance l'avis de la zone euro sur les dernières mesures mises en oeuvre par le gouvernement d'Alexis Tsipras. Après un déboursement partiel de 1,1 milliard d'euros le 10 octobre dernier, le Mécanisme européen de stabilité (MES) - qui supervise les prêts de l'eurozone à Athènes - a accepté ce mardi de débloquer 1,7 milliard d'euros supplémentaire, deuxième partie d'une nouvelle tranche d'aide prévue par le troisième plan d'aide à la Grèce. 

 

«La décision d'aujourd'hui de verser 2,8 milliards d'euros à la Grèce est le signe que les Grecs continuent de manière régulière à faire des progrès dans la réforme de leur pays», souligne un communiqué du Mécanisme européen de stabilité (MES) qui supervise les prêts à la Grèce de la zone euro. Le 14 août 2015, le parlement grec a adopté le troisième plan d'aide au pays (depuis 2010) d'un montant de 86 milliards d'euros, acceptant du même coup de mettre en oeuvre des mesures d'austérité drastiques.

 

«Le gouvernement a terminé les étapes-clé des réformes dans le secteur des retraites, de la gestion des banques, du secteur énergétique, et du prélèvement de l'impôt», précise le MES, saluant également les efforts fournis par l'exécutif grec pour rendre «opérationnel» le nouveau fonds de privatisation, qui était l'une des exigences de l'accord de principe conclu le 13 juillet 2015 fixant les conditions du troisième plan d'aide à la Grèce depuis 2010.

 

Une partie pour la dette, l'autre pour des arriérés

 

La nouvelle tranche d'aide dégagée par le MES ce mardi n'est pas une surprise. Les ministres européens des Finances en avaient déjà approuvé, le 10 octobre dernier, un versement partiel à hauteur de 1,1 milliard d'euros, jugeant que la Grèce avait terminé la mise en oeuvre des 15 réformes préliminaires exigées par les créanciers européens. Cette somme est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant