Plan climat : Bruxelles met la pression sur les Etats les plus riches

le
0
Usine de retraitement dans la banlieue de Paris, en novembre 2006.
Usine de retraitement dans la banlieue de Paris, en novembre 2006.

La Commission européenne a dévoilé une proposition de règlement pour répartir les efforts de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Comment mener la lutte contre le réchauffement climatique ? Comment répartir l’effort ? La Commission européenne a rendu publique, mercredi 20 juillet, une proposition de règlement destinée à ventiler les réductions d’émissions de gaz à effet de serre au sein de l’Union pour remplir l’objectif – fixé en octobre 2014 par le Conseil européen – d’une baisse de 40 % en 2030, par rapport à 1990. Le paquet de mesures vise également à mettre en œuvre l’accord de Paris, adopté lors de la COP21, en décembre 2015.

Pour remplir l’objectif européen, les secteurs des transports, de l’agriculture, du bâtiment et de la gestion des déchets, à l’origine de 60 % des émissions de l’UE, devront réduire leurs émissions de 30 % d’ici à 2030, par rapport à 2005. En revanche, les secteurs de l’industrie et de la production électrique ne sont pas concernés par la proposition de règlement, dans la mesure où ils sont déjà mis à contribution par le biais du marché européen du carbone – consistant à plafonner les émissions des industriels par un mécanisme d’achat et de vente de quotas annuels. Leur objectif est d’abaisser de 43 % leurs rejets sur la même période.

La plupart des ONG regrettent un manque d’ambition de la proposition de la Commission Sans surprise, la Commission demande plus aux pays les plus riches. Luxembourg, Allemagne, France, Belgique, Danemark, Autriche, Finlande et Suède se voient ainsi affecter des baisses d’émissions comprises entre 35 % et 40 %. Le Royaume-Uni, bien que sur le...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant