Plan cancer : le gouvernement mise sur le dépistage et la lutte contre le tabac

le
0
Plan cancer : le gouvernement mise sur le dépistage et la lutte contre le tabac
Plan cancer : le gouvernement mise sur le dépistage et la lutte contre le tabac

Le président François Hollande a dévoilé mardi les contours du 3e plan de lutte contre le cancer (2014-2019), doté de 1,5 milliard d'euros, dont près de la moitié (730 millions) financera des mesures nouvelles. Il mise notamment sur le dépistage, en particulier du cancer du col de l'utérus, et la prévention, en s'attaquant d'abord au tabac. Le montant financier alloué à ce 3e plan, placé sous le signe de la lutte contre les inégalités, est à peu près équivalent au précédent, conduit par Nicolas Sarkozy, a précisé l'entourage du président de la République. 

«Ce 3e plan s'est fixé comme ambition de donner les mêmes chances à tous partout en France» face à cette maladie, a déclaré le chef de l'Etat devant un parterre de spécialistes du secteur réunis à la Mutualité à Paris. «Chaque année, 150.000 personnes meurent du cancer, 5 millions de familles en France sont ou ont été concernées» par cette maladie, qui «reste la première cause de mortalité» dans l'hexagone et face à laquelle «les inégalités» persistent, a-t-il souligné.

Multiplier les dépistages et les essais cliniques

Parmi les grandes mesures pour lutter contre ces inégalités, François Hollande a annoncé vouloir doubler en cinq ans le nombre d'essais cliniques. «Les essais cliniques concernent aujourd'hui 25.000 patients. L'enjeu du plan cancer, c'est de doubler en cinq ans le nombre des essais cliniques pour qu'ils concernent tous les cancers, et notamment les 1.700 cancers pédiatriques et toutes les régions, notamment celles qui sont aujourd'hui les moins concernées et je pense à l'outre-mer», a déclaré le chef de l'Etat.

«Le cancer du col de l'utérus fera également l'objet d'un dépistage systématique. Il atteint aujourd'hui 3.000 femmes et provoque plus de 1.000 décès chaque année. Dès lors, la généralisation du frottis (test de dépistage, NDLR) tous les trois ans pour 80% des femmes, contre 60% aujourd'hui, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant